Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
7 Août 2018 | Profession
 

Cette récolte a démarré courant juillet et doit durer encore plusieurs semaines : elle devrait se terminer début septembre pour la collecte à la main, voire mi-octobre pour la récolte mécanisée.

L’Alsace produit 2 500 tonnes de tabac de Virginie chaque année, une variété légère appréciée par les adeptes de la chicha.

Seuls 20 % des plants de tabac sont collectés manuellement, un geste technique qui est pourtant un gage de qualité, rapporte France Bleu (du 4 août).

•• À Hilsenheim, près de Benfeld (Bas-Rhin), Éric Schaeffer et son frère cultivent quatre hectares de tabac. Ils emploient actuellement sept saisonniers pour cueillir le tabac à la main, le matin, avant les grosses chaleurs. Ils se font aider par leurs proches pour enfourner et trier la production.

Cette méthode traditionnelle, « c’est ce qu’il y a de mieux pour préserver la qualité », assure Éric Schaeffer, « c’est ce qui fait qu’on a encore de beaux résultats à la fin pour arriver à tirer les meilleurs prix ! »

Le tabac de Virginie produit en Alsace, léger, faible en nicotine, est très apprécié des fumeurs de chicha. Pour obtenir ces tabacs légers, « il faut qu’ils poussent vite », explique le tabaculteur, « chez nous, au printemps, ils démarrent bien, c’est ce qui font que ce sont des tabacs recherchés ! »

•• En une trentaine d’années, la surface consacrée au tabac a été divisée par deux en Alsace. Mais on compte toujours près de 80 producteurs de tabac dans la région.

Ils exploitent près de 700 hectares, essentiellement dédiés au tabac de Virginie. L’Alsace produit aussi 70 tonnes de Burley.

Le Bas-Rhin est le premier département producteur de tabac en France (voir Lmdt du 26 août 2014 ).