Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
19 Avr 2020 | Profession
 

Si on oubliait le confinement pour se rappeler que nous sommes entrés aussi dans une période importante pour la culture du tabac ? Récolté au mois d’août, le tabac Burley a été mis à sécher et aujourd’hui il est prêt pour l’effeuillaison.

C’est le cas en Dordogne, où 176 agriculteurs sont regroupés au sein de la filière Périgord Tabac. Explications de France 3 Nouvelle Aquitaine.

•• L’opération consiste à séparer les feuilles de la tige, par étage foliaire. Depuis quelques années certains producteurs se sont modernisés en mécanisant le processus; pour les autres, l’opération demande toujours de la main d’œuvre.

On considère qu’un bon effeuilleur peut s’occuper de 100 pieds à l’heure, contre 800 par opération mécanisée avec deux opérateurs et jusqu’à 1 100 pour trois opérateurs.  Encore faut-il que la taille de l’exploitation justifie l’achat d’une machine et que l’on oublie que ces petits métiers peuvent apporter des revenus complémentaires localement.

•• Une fois les feuilles séparées de la tige et triées selon leur étage foliaire (plus ou moins haut sur la tige), les cartons de tabac seront expédiés pour être conditionnés en tabac prêt à entrer en phase de fabrication finale.

En tout cas, ce ne sera plus à France Tabac (voir 30 septembre 2019).