Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
24 Juil 2014 | Profession
 

TabacIntéressante, cette interview de Rémy Losser (président du syndicat des planteurs France Tabac), parue dans le numéro de juillet/ août de la Revue des Tabacs. En effet, l’an prochain, les 1400 planteurs de tabac français ne recevront plus de subventions liées à leur production annuelle. Extrait.

« Avec 8 000 tonnes de tabac, la production française est une goutte d’eau par rapport aux besoins des fabricants de cigarettes, nos principaux clients, qui peuvent s’approvisionner sur le marché mondial. Nous avons heureusement un partenariat historique avec Seita, qui est le principal acheteur de la production française, notamment toute la récolte de Burley.

« Les tabaculteurs français ont investi pour une production de très haute qualité répondant aux cahiers des charges de leurs clients. L’année dernière, Seita a relevé son prix d’achat de 25% pour tenir compte de la disparition des aides mais c’est insuffisant pour compenser la baisse du revenu.

« Nous devons absolument renégocier les prix afin de garantir un revenu décent aux tabaculteurs. Les négociations se déroulent à l’automne mais, dans l’intervalle, les agriculteurs sont dans l’incertitude. Faute de visibilité, certains s’interrogent sur l’opportunité de planter à nouveau du tabac l’année prochaine ».