Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
26 Avr 2020 | Profession
 

Le président de Presstalis, Cédric Dugardin, accorde au Monde (édition du 26 avril) un entretien sur la situation de l’entreprise de distribution de presse (avec les SAD), en cessation de paiement (voir le 22 avril).

Extraits de ses propos les plus significatifs.

•• Sur sa déclaration de cessation de paiement

« Il faut maintenant une audience au tribunal, qui peut décider d’un redressement judiciaire, ou dans le pire des cas, d’une liquidation. Cette audience devait avoir lieu ce 24 avril, elle se tiendra le 12 mai. J’ai demandé un report car je considère qu’il y a eu des avancées significatives avec l’État et les partenaires sociaux. Ce délai doit nous permettre d’arriver devant le tribunal avec un plan abouti et d’éviter à Presstalis de rester longtemps en redressement judiciaire. »

•• Son opinion sur les deux plans de poursuite de l’activité : l’un de la presse des magazines + MLP ; l’autre de la presse quotidienne + Presstalis

« Le plan proposé par les magazines prévoit de faire des Messageries lyonnaises de Presse ( MLP ), concurrent de Presstalis, une messagerie unique. Presstalis deviendrait un centre de prestations de services, assurant certaines fonctions supports (informatique, réglage des « fournis » …).

« En face, le plan que nous proposons est un plan intermédiaire, qui intègre MLP dans le système, et prévoit un début de mutualisation des outils. Cela permet d’ouvrir la voie à une messagerie unique à terme. Dans tous les cas, la restructuration va coûter aux alentours de 150 millions d’euros. Le plan des magazines prévoit la reprise de 300 personnes sur 910. Celui de Presstalis, 360. »

•• Sur le rôle de l’État

« L’État, qui est le garant de la pluralité de la presse, a un rôle-clé. Il nous aide à faire face aux échéances depuis deux semaines, en compensant la baisse de chiffre d’affaires.

« Il a accepté de nous aider à payer les diffuseurs de presse, auxquels nous devions 16 millions d’euros. L’argent est actuellement en transit. Ces derniers toucheront leur chèque les 29 et 30 avril. »