Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
16 Juin 2018 | Profession
 

Surproduction éditoriale, abondance des livres politiques durant l’année électorale, saturation … Tout s’est additionné pour que les 151 livres sortis à l’occasion du 50ème anniversaire de Mai 68 ne rencontrent pas leur public, analyse Les Échos (édition 12 juin).

•• De fait, les chiffres sont sans appel. Après trois mois positifs, les ventes de livres ont chuté brutalement de 6 % en avril et sur les cinq premiers mois de 2018, selon l’institut GfK, les ventes de livres consacrés à l’évènement, s’élèvent à 110 000 exemplaires … contre 225 000 exemplaires en 2008, sur la même période. Beaucoup d’ouvrages n’ont pas dépassé les 1000 exemplaires.

•• « 151 ouvrages ! » commente Emmanuel Clerc, directeur littéraire aux Éditions de l’Observatoire. « On a dépassé la limite au-delà de laquelle les libraires sont en mesure d’être prescripteurs. C’était de l’aveuglement. Sans compter la saturation éprouvée à l’égard du livre politique, après une année électorale suivie par douze mois de « décryptage » de la victoire d’Emmanuel Macron. Les Français en ont eu sans doute assez … ».

« Et puis tout le monde en a assez des acteurs de Mai 68 : ils ont trusté la parole, les postes, le pouvoir. On n’en peut plus », s’agace un éditeur qui a souhaité conserver l’anonymat.