Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
28 Mar 2017 | Profession
 

Intéressante, l’interview accordée par Anne-Marie Couderc, présidente de Presstalis – désormais redressé – dans Le Figaro de ce 27 mars. On y trouve la confirmation d’une information concernant un programme de modernisation qui toucherait notamment les tabacs-presse (voir Lmdt du 30 janvier). Extraits.

• Le Figaro : Pourquoi compter encore sur la presse physique ?

• Anne-Marie Couderc : « On constate qu’avec la révolution numérique, la dématérialisation des biens et des services est là. Mais le contact physique, le fait d’avoir affaire à un marchand qui propose de la presse, reste extrêmement important.

Même si elle baisse régulièrement, la presse physique représente encore une réalité trés puissante. Chaque jour, 10 millions de personnes se rendent dans les points presse. Et chaque année, 2,6 milliards d’exemplaires sont livrés chez les marchands de journaux. Il faut faire de ces lieux des lieux de vie et de convivialité et il faut mettre le professionnalisme du marchand au service de la passion de la presse ».

• Le Figaro : moderniser le réseau a un coût évalué à 300 millions d’euros. Comment le financer ?

• Anne-Marie Couderc : « Moderniser ce réseau de diffusion risque, en effet, de coûter cher. Mais c’est un programme qui sera étalé sur plusieurs années.

Nous imaginons un plan sur six à sept ans autour duquel seraient mobilisés plusieurs acteurs : les diffuseurs et les éditeurs de presse bien entendu, mais aussi les collectivités locales, l’État qui souhaite voir les points de presse se développer et, enfin, tous ceux qui ont intérêt à se retrouver dans ces points de vente, comme La Française des Jeux ou les tabacs.

Tous ont le même intérêt à voir ces points de vente se moderniser. Ce plan est cher et il faut trouver les moyens d’aider les marchands de presse à financer cet effort. Pour cela, je plaide pour la constitution d’un fonds réunissant les différents acteurs. Nous en parlons avec l’État qui a toujours soutenu les marchands de journaux et avec l’UNDP, le syndicat des diffuseurs de presse ».