Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
21 Mar 2019 | Observatoire
 

« Pour la première fois depuis que le sommeil est observé sur le plan épidémiologique en France, le temps de sommeil moyen nocturne est inférieur à 7 heures », écrivent des spécialistes dans l’une des études sur les liens entre produits psychoactifs et sommeil, publiée le 12 mars dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire.

En moyenne, les 18-75 ans dorment 6h45 chaque nuit, selon le BEH. Ce temps de sommeil n’atteint que 6h34 en semaine et lors des périodes de travail, alors qu’il est de 7h12 le week-end et lors des périodes de repos. Ces estimations sont basées sur le Baromètre de Santé publique France 2017, pour lequel 12 637 personnes de 18-75 ans ont été interrogées.

•• Une étude pointe un lien entre le tabagisme et la qualité du sommeil et suggère de l’utiliser comme un « argument nouveau » pour inciter à l’arrêt du tabac.

« Les fumeurs quotidiens, qu’ils soient peu ou fortement dépendants, sont fréquemment courts dormeurs (temps de sommeil total inférieur ou égal à 6h par 24h) », selon l’étude. En outre, les fumeurs quotidiens fortement dépendants sont également nettement plus sujets à l’insomnie. « Or, précisent les auteurs, dormir moins de 6 heures est associé à de nombreuses comorbidités de type obésité, diabète de type 2, maladies cardiovasculaires, dépressions, accidents. »

Parmi les mécanismes par lesquels le tabagisme dégrade la qualité du sommeil, la nicotine, pour commencer. C’est un puissant stimulant même si elle est consommée sous forme de substitut. Des enregistrements par électroencéphalogramme de l’activité du cerveau de fumeurs et de non-fumeurs ont par ailleurs révélé des variations dans les ondes cérébrales pendant le sommeil chez les fumeurs.

•• L’alcool, quant à lui, est parfois utilisé comme porte d’entrée vers le sommeil. Or, avertissent les auteurs de Santé publique France, s’il peut effectivement sembler faciliter l’endormissement, son abus provoque des éveils nocturnes et fragmente le sommeil. Par ailleurs, la dose nécessaire pour parvenir à l’endormissement augmente avec le temps.