Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
26 Déc 2017 | Pression normative
 

Le Parisien/ Aujourd’hui en France de ce 26 décembre revient sur l’imbroglio judiciaire entre Droit des non-Fumeurs (DNF) et deux brasseries parisiennes, à propos de leurs terrasses-fumeurs (voir Lmdt du 21 décembre), pour une nouvelle charge contre les exploitants d’établissements.

Alors qu’il serait plus pertinent de réfléchir et d’adapter la réglementation à deux demandes contradictoires mais légitimes et probablement conciliables avec les techniques actuelles : le respect des droits et du confort des non-fumeurs ; le respect des droits et du confort des fumeurs qui sont toujours aussi nombreux à fréquenter les terrasses.

Car sans fumeurs, combien d’établissements, si utiles à l’animation des centres-villes et des quartiers, seraient en mesure de tenir sérieusement sur le plan économique ?

•• Le Parisien a sollicité deux avis qui ne sont pas franchement en opposition :

Christian Navet (coprésident de l’Union des Métiers de l’Industrie hôtelière (UMIH) pour l’Ile-de-France) : « la législation est claire, les cafetiers doivent la respecter. Il est dommage que des professionnels y dérogent (…) Les relations entre fumeurs et non-fumeurs ne sont pas toujours très simples, en particulier en hiver, lorsque tout le monde est à l’intérieur. Il faut donc faire preuve de bon sens. Si les gens veulent fumer, ils peuvent le faire dehors » (sic)

Gérard Audureau (administrateur de DNF) : « nous recevons de plus en plus de courriers et de mails de gens incommodés par la fumée des cigarettes dans les cafés. Il faut dire que de nombreux établissements ne respectent pas la réglementation. Nous en avons fait condamner deux, mais on aurait pu en trouver 200 autres.

« Nous avons fait réaliser des sondages. Avant l’entrée en vigueur du décret de 2006 sur l’interdiction de fumer dans les restaurants, 65 % des gens disaient être incommodés par le tabac. Après, ils n’étaient plus que 30 %. En 2014, ce chiffre est reparti à la hausse, avec 40 % de gens gênés. Depuis quelques mois, tout indique que ça s’aggrave » (re-sic).

•• Deux remarques en passant :

• on se demande où Gérard Audureau a pu trouver 30 % de gens encore incommodés par le tabac après la mise en œuvre de l’interdiction de fumer « dans les restaurants », comme il dit.

• tout cela est probablement le prélude à une nouvelle campagne contre les responsables d’établissement : France 2 et France Info ont rebondi sur le sujet depuis ce matin. Avec de nouvelles pressions contre le droit de fumer en terrasses. Dans le cadre de la publication de la « Stratégie nationale de Santé » qui aborde indirectement le sujet (voir Lmdt de ce jour), par exemple.

En tout cas, il reste à espérer que les professionnels soient correctement défendus.