Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
17 Août 2018 | Trafic
 

Un stock de 740 kilos de tabac. On se souvient de l’annonce, il y a un mois, de la découverte par la Douane d’un laboratoire clandestin (ou usine clandestine) de tabac à chicha dans le Val-d’Oise (voir Lmdt du 20 juillet 2018). Une opération spectaculaire saluée par Gérard Darmanin.

•• En fait, il faut remonter au mardi 29 mai, jour où les agents de la Direction nationale du Renseignement et des Enquêtes douanières (DNRED) ont vu l’aboutissement de leur longue enquête en fouillant un magasin de meubles orientaux d’Herblay.

Derrière quelques meubles mis en place pour la galerie : des instruments professionnels de pesage et de sertissage ; des fûts et des bacs avec le tabac, 300 kilos d’arômes et 100 kilos de glucose liquide ; 4 000 sachets pouvant accueillir 1 kilo de tabac à consommer.

Il semblerait que l’installation pouvait produire une tonne de tabac par semaine. Pour des bars à chicha de la région parisienne.

•• Une autre usine clandestine a été découverte en Belgique, tout récemment (voir Lmdt du 6 juin 2018). Un stock de 300 kilos.

Et il y a quelque temps, on s’est aperçu qu’une installation clandestine de tabac à narguilé, en Bulgarie, était liée aux milieux du terrorisme (voir Lmdt du 19 octobre 2017 et 24 février 2016).

•• Il est à craindre que le phénomène connaisse d’autres développements. Explications d’une source proche du marché :

• le développement fort et régulier du marché en France et en Europe de l’Ouest.
• une forte augmentation de différentes taxes aux Émirats arabes unis, depuis octobre 2017, afin de pallier à ce moment la baisse des revenus pétroliers. Les ingrédients se sont enchéris. Il est devenu coûteux de produire localement. Les prix du tabac ont augmenté de 50 %. D’où une opportunité pour certains.

(Voir aussi Lmdt des 4 août 2018 et 28 juin 2018).