Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
9 Avr 2019 | Trafic
 

La Dépêche du Midi a suivi le sillage de la « volante » ce vendredi 5 avril.

« La volante » ? Ces équipes de la Douane d’Ax-les-Thermes qui écument les axes menant en Andorre (voir Lmdt des 21 mars 2019 ainsi que des 23 mai et 5 décembre 2018). Extraits.

•• À 6 heures c’est la prise de service et la définition des objectifs de la journée. Une première équipe, en voiture banalisée, a pour mission de repérer des véhicules suspects … sans se faire repérer. Une seconde prend la direction du rond-point de Sabart, à la sortie du sud de Tarascon. Là, il s’agit d’être bien visible : « les gens nous voient quand ils montent. Du coup en Andorre, ils sont plus raisonnables ».

•• L’équipe en civil poursuit pendant ce temps ces rotations. Le puissant break n’est pas inconnu des trafiquants de tout genre. La brigade elle-même s’est quelquefois trouvée sous … surveillance.

« Il y a des guetteurs partout. Ils surveillent le moindre de nos mouvements » explique le chef d’équipe des douanes. « Certains réseaux très organisés, venus de Toulouse ou Perpignan, mobilisent plusieurs véhicules pour une opération. On n’est pas loin des « go-fast » qui prennent les autoroutes. Les réseaux connaissent nos moindres cachettes. Ils envoient des voitures “vides” pour contrôler qu’un itinéraire est libre. Et ils envoient le feu vert par SMS. »

••Et puis, il y aussi les passeurs à pied. Un sac à dos artisanal a été abandonné ce vendredi, au-dessus de Mérens-les-Vals, par quatre hommes qui ont pris la fuite devant les douaniers. Des bandes de ruban adhésif pour faire les bretelles et retenir l’ensemble, des dizaines de cartouches de cigarettes bien serrées, l’ensemble pesant une douzaine de kilos et valant quelque 4 500 euros.

« Quand ils lâchent leur sac, c’est qu’ils sentent le souffle des douaniers dans leur cou », commente un membre de l’équipe, au moment du comptage (…)