Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
13 Mar 2017 | Profession
 

Quand les buralistes sont acteurs de la campagne électorale …

Un exemple. Hier, dimanche 12 mars, à la Chaussée-Saint-Victor près de Blois, plus de monde que d’habitude à l’assemblée générale des buralistes du Loir-et-Cher : près de 130 personnes pour 191 buralistes (168 adhérents). Et deux élus politiques : Maurice Leroy (président du Conseil départemental, député UDI et ancien ministre de la Ville / voir Lmdt du 28 avril 2016) ainsi que Denys Robiliard (député PS / voir Lmdt du 29 novembre 2016).

En présence aussi de Pascal Montredon et des élus syndicaux de la fédération des buralistes du Centre-Val de Loire.

Retours de terrain sur le paquet neutre ; inquiétudes par rapport aux dernières annonces concernant la fiscalité du tabac … L’ambiance ne pouvait qu’inciter les intervenants à prendre position.

•• « S’il y a alternance, je me battrai clairement : je souhaite que l’on revienne sur le paquet neutre. Sinon, cela ne sert à rien de demander aux électeurs de voter pour un changement politique. Et que l’on arrête de nous raconter des histoires : l’Europe n’a jamais demandé le paquet neutre ! » a affirmé avec force Maurice Leroy (à droite).

« Il fait être clair : nous ne devons avoir en France aucune norme supérieure à la moyenne des normes européennes. En revanche, je suis pour une vraie politique de prévention.

« Buralistes, vous êtes des entrepreneurs : vous avez besoin de visibilité et non de yoyo dans les mesures fiscales ».

•• « Je ne pense pas que la nouvelle majorité, quelle qu’elle soit, revienne sur le paquet neutre » avait avancé, juste avant, Denys Robiliard qui avait voté pour la mesure en commission des Affaires sociales de l’Assemblée nationale (voir Lmdt du 10 novembre 2015).

« Mais je ne crois pas à une augmentation des prix du tabac, si on ne maîtrise pas, par ailleurs, le marché parallèle (…) L’augmentation de votre remise tabac montre que vous avez été entendus (…) Et je pense que le rapport de la Cour des Comptes, dans la mesure où il supposerait une libéralisation de la distribution du tabac, est un non-sens ».

•• « C’est vrai, nous n’avons toujours pas digéré le passage en force du paquet neutre. Et jusqu’à aujourd’hui, nous n’avions entendu que des annonces un peu maigres. Nous attendons toujours que l’on nous présente un grand plan cohérent et efficient de lutte contre le marché parallèle » a pu témoigner, de son côté, Pascal Montredon.

« Mon rêve, c’est de trouver sur le marché officiel français – et donc dans le réseau des buralistes – des produits que l’on ne puisse pas acheter ailleurs … aux frontières, à l’étranger, sur Internet ».

À suivre.