Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
15 Déc 2018 | International, Observatoire
 

En 2016, lorsque l’Office fédéral de la santé publique a autorisé la vente du CBD (cannabis light à moins de 1% de THC), beaucoup de producteurs se sont lancés dans l’aventure.

Seulement, l’euphorie est retombée : le prix du kilo a été divisé par quatre, ce qui pourrait mettre en danger jusqu’à 20% de ces producteurs.

L’Administration fédérale des douanes recense ainsi aujourd’hui 669 entreprises, contre seulement 5 en 2017. Le nombre est là, certes.

Mais cette explosion de l’offre a fait chuter les prix : alors que le kilo de cannabis légal valait, á son plus haut, environ 6 000  francs suisse (5 336 euros), son prix oscille aujourd’hui entre 1500 et 1800  francs suisse (1 334 à 1 600 euros), selon l’association IG Hanf, qui chapeaute une cinquantaine d’entreprises actives dans ce secteur.

Près de 20 % des producteurs de CBD en Suisse seraient en danger, a indiqué cet organisme dans les médias helvètes : « ce sont surtout les entreprises de taille moyenne qui auront de la peine à survivre. »

IG Hanf cite également la menace que font planer les acteurs étrangers sur les producteurs locaux.

Comme … le Canada, qui depuis la légalisation du cannabis récréatif (voir Lmdt du 17 octobre), a créé 10  400 nouveaux emplois dans ce secteur (+ 266% sur un an), l’une des tâches principales de ces postes de travail  consistant en la coupe de bourgeons.

Ou l’arrivée … d’Altria sur le marché qui a investi 1,8 milliard de dollars afin de posséder 45 % du producteur canadien de cannabis Cronos (voir Lmdt du 7 décembre) ?