Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
28 Mai 2017 | Profession, Trafic
 

Ils regrettaient de ne pas être plus nombreux. Mais les buralistes qui ont bruyamment franchi le Rhin, ce samedi, pour dénoncer « le tramway des achats frontaliers » de toutes les semaines – quand il ne s’agit pas de tous les jours – entre Strasbourg et Kehl (voir Lmdt des 27 / 1 et 2 ainsi que des 26 et 25 mai), ont bien rempli leur « double mission ».

•• Ils ont recueilli une couverture presse qui va être utile : à Strasbourg, hier, beaucoup d’usagers du tramway étaient au « courant du problème des buralistes » et comprenaient leurs motivations même si certains devaient avoir leurs petites habitudes à Kehl.

Mais parmi les retombées presse, il y une longue dépêche AFP (voir Lmdt du 27 mai) : et là, bingo ! Car s’il y a bien quelque chose qui soit attentivement analysé, en ce moment, dans les cabinets ministériels en rodage et attentifs au moindre bruissement d’opinion, ce sont, notamment, les textes de l’Agence France Presse.

À travers un cas concret, le problème des buralistes frontaliers et autres victimes du marché parallèle du tabac est revenu sur les écrans du radar du Gouvernement.

•• Ils donnent l’occasion aux pouvoirs publics de prendre une mesure concrète : la CTS (Compagnie des Transports Strasbourgeois), opératrice du tramway, a clairement déclaré qu’elle attendait les instructions de la Douane pour mettre en place des messages de prévention et des contrôles (voir Lmdt du 27 mai). Ce serait une première disposition mais il faut bien commencer par quelque chose. Sans la pression des buralistes du Bas-Rhin, on n’en parlerait même pas.

•• Dans son discours, avant la manifestation, Patrice Soihier (président de la chambre syndicale du Bas-Rhin) avait précisé : « oui, nous sommes pour un rapprochement entre Français et Allemands.

« Oui, nous sommes pour une politique de santé européenne, mais basée sur les mêmes critères. Mais nous sommes aussi contre les trafics et toute concurrence déloyale. Parce que le tabac n’est pas un produit comme les autres, il ne doit pas circuler comme n’importe quel autre produit (…)

« Nous n’hésiterons pas à saisir la justice, pour complicité de trafic organisé, la CTS si elle s’entête à ne pas prendre de mesure de prévention.

« Et ce message est valable pour toutes les compagnies d’autocars de France et de Navarre ! ».

•• Quant à Gérard Vidal (secrétaire général adjoint de la Confédération et président de la commission Ventes transfrontalières et Marché parallèle), il devait, après avoir remercié ses collègues venus de loin pour certains, expliquer que le sujet du marché parallèle serait le dossier prioritaire des premiers échanges entre la Confédération et le nouveau Gouvernement.

« D’autres manifestations et initiatives vont venir » a-t-il martelé, « nous ne reculerons devant aucune démarche. C’est d’ailleurs, dans ce cadre, que nous avons décidé de lancer une cigarette que l’on ne trouve que dans le réseau des buralistes français : LCB, La Cigarette du Buraliste.

« Nous prenons nos responsabilités ! Aux pouvoirs publics de prendre les leurs ! »

•• Le conseil d’administration de la Confédération était représenté par Thierry Lefebvre, Alain Sauvage, Gérard Vidal, Norbert Chary, François Guilbert, Catherine Marcel.

•• Les chambres syndicales suivantes étaient représentées : Haute-Garonne ; Hérault (Montpellier) ; Rhône ; Allier ; Loire ; Eure-et-Loir ; Paris ; Hauts-de-Seine ; Val d’Oise ; Pas-de-Calais ; Haut-Rhin ; Moselle ; Meurthe-et-Moselle ; Vosges ; Marne.