Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
8 Juil 2018 | Observatoire
 

« Has been », le tabac ?

L’anticonformiste Jean Paul Gaultier a fait danser des volutes – virtuelles – de cigarette, lors de la présentation de sa collection de haute couture automne-hiver 2018-2019 qui jouait avec l’idée du smoking. Ceci au dernier jour des défilés parisiens, cette semaine.

Le couturier, qui a bouleversé la mode des années 1980, a toujours aimé la transgression. La cigarette, contre laquelle les autorités de santé mondiales mènent la guerre, lui inspire des bijoux : collier, boucle d’oreille, bracelet, peut-on lire dans une dépêche AFP sur le défilé.

•• Des images de volutes de fumée sont projetées sur le rideau blanc d’où sortent les mannequins et le défilé s’ouvre sur la chanson « Cigarette » de Jacques Higelin, disparu en avril dernier.

La robe de mariée finale, vaporeuse en organza vert d’eau, évoque aussi un nuage de tabac évanescent. D’autres robes sont tout en sinuosités. Les mannequins tiennent ici une pipe, là un fume-cigarette, ou une cigarette électronique.

Dans cette collection où les silhouettes masculines étaient nombreuses, les opposants au tabac sont aussi présents, portant un pull de fourrure ou un masque, à message « no smoking ». Un jeu de mots avec le smoking, élément central de cette collection essentiellement noire et blanche, décliné à l’infini.

•• Le couturier a aussi voulu envoyer un message de « liberté » : « la liberté qu’on devrait pouvoir avoir, de fumer ou de ne pas fumer », dit-il à l’AFP. « On est dans un monde assez policé », épingle-t-il.

Ironie du calendrier, la ministre de la Santé Agnès Buzyn avait qualifié le matin même le tabac de  « has been », ajoutant que fumer n’était « plus dans l’air du temps » (voir Lmdt du 4 juillet).