Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
11 Mar 2020 | Profession
 

Seita met en place une nouvelle organisation de sa force commerciale sur le terrain. Il s’agit d’une mutation spectaculaire.

Chaque buraliste recevra, désormais, la visite d’un interlocuteur unique Seita que cela soit pour les cigarettes / tabac à rouler, les cigares ou le vapotage.

Cette nouvelle organisation va permettre de visiter régulièrement plus de 17 000 buralistes (contre 14 000 auparavant).

Quatre raisons expliquent ce qui apparait comme une révolution par rapport aux organisations commerciales que l’on trouve traditionnellement dans le secteur.

• 1 • Seita est confronté à une évolution de son business qui s’accélère et se caractérise par le fait que le fort développement du segment du vapotage (grâce aux systèmes fermés, avec myblu) se déroule dans un contexte où le tabac est toujours au cœur du fonctionnement de l’entreprise : « on finance la mise en place de nos revenus de demain avec les revenus d’aujourd’hui » commente Olivier De Neys (Market manager de Seita / photo).

2 Les buralistes sont en Transformation dans leurs propres établissements et ont besoin, plus que jamais, d’un partenaire maîtrisant – à travers l’expérience reconnue de ses 150 commerciaux – les différents segments du marché fumeur/vapoteur pour les aider à adapter leur offre à leur zone de chalandise.

• 3 La volonté de densifier sa présence sur le terrain : ce sont 3 000 buralistes qui vont être visités … en plus. Ceux qui se plaignent, généralement, d’être délaissés par les grands réseaux commerciaux.

• 4  Le souci d’entretenir une relation plus simple avec chaque buraliste : soit un interlocuteur unique, spécialement formé pour répondre aux questions sur les cigarettes / tabac à rouler comme sur la vape ou les cigares.

En même temps, un « plan de formation » va continuer à être proposé aux buralistes.

« Nous nous engageons mutuellement dans une montée en compétences » remarque Olivier De Neys qui conclut : « nous avons repensé notre stratégie et notre organisation pour nous concentrer sur notre canal essentiel de distribution : le réseau des buralistes ».