Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
23 Fév 2017 | Profession
 

Convaincus du caractère illégitime du plan social de la fermeture du site Seita de Nantes-Carquefou (voir Lmdt des 15 et 23 octobre 2014), 38 ex-salariés avaient engagé une procédure devant le Conseil des Prud’hommes de Nantes (voir Lmdt du 7 octobre 2016).

Ce dernier vient de valider le motif économique. Imperial Tobacco avait mis en avant, à l’époque, un marché du tabac difficile, une chute continue des ventes de cigarettes, des législations européennes pénalisantes et une nécessaire adaptation de son outil industriel.

« On s’en doutait un peu », a commenté Ludovic Colin, ancien responsable Sud, devenu entre-temps entrepreneur. Une centaine d’autres salariés, soutenus par maître Rilov, attendent eux aussi une décision des Prud’hommes (voir Lmdt des 8 et 6 novembre 2014).