Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
15 Avr 2014 | Profession
 

Logo SeitaDans un communiqué publié ce mardi 15 avril, à l’issue du CCE extraordinaire (voir Lemondedutabac de ce jour), Seita détaille le projet de réorganisation de ses activités industrielles et commerciales en France. Voici le texte intégral.

« La Direction de Seita a présenté ce jour aux représentants du personnel un projet de réorganisation industrielle et commerciale. A l’issue de la procédure d’information-consultation, celui-ci conduirait à la suppression nette de 366 postes et à la fermeture de ses sites de Nantes et de Bergerac. Ce projet s’inscrit dans le cadre des propositions de réorganisation des activités du Groupe Imperial Tobacco en Europe.

« Le projet de réorganisation, présenté lors du Comité Central d’Entreprise, vise à sauvegarder la compétitivité et assurer la pérennité d’Imperial Tobacco et de Seita face aux difficultés rencontrées sur les marchés européens et français. Il intervient dans un contexte marqué par un important ralentissement de la demande de tabac, l’accroissement de la pression réglementaire et l’explosion de la contrebande et de la contrefaçon.

« La crise économique, associée à des politiques de santé publique toujours plus coercitives, a aggravé le ralentissement structurel de la demande en Europe. De plus, Imperial Tobacco a perdu ces dernières années des parts de marchés en France, au Royaume-Uni, en Allemagne et en Espagne, autant de pays sur lesquels il est maintenant confronté à d’importantes surcapacités de production.

« En France, le marché des cigarettes s’est contracté de près de 50% depuis 2000. Cette chute s’explique pour moitié par la baisse de la consommation et pour l’autre moitié par le développement du marché illicite, estimé aujourd’hui à 25% de la consommation nationale. Ces derniers mois, la dégradation s’est encore accélérée (-7,6 % sur l’année 2013 et -8,9 % au premier trimestre 2014), impactant particulièrement Seita. Malgré une politique commerciale volontariste, la société a ainsi vu fondre ses résultats de 25% ces 3 dernières années et sa part de marché reculer de 2,9 points.

• Un projet de réorganisation à l’échelle européenne

« Dans ce contexte, Seita n’a d’autre alternative que d’envisager un projet de réorganisation de ses activités industrielles couplé à un plan de relance commerciale.

« Le premier volet du projet consisterait à adapter l’outil de production au niveau actuel puis prévisionnel d’activité. Cela impliquerait la fermeture de son usine de Nantes mais également de Nottingham, l’usine historique du Groupe au Royaume-Uni, ces deux unités ne produisant qu’à 50% de leurs capacités.

« Le projet prévoirait également la fermeture de l’Institut du tabac de Bergerac dont la reprise n’a pas encore abouti, malgré une recherche active de repreneur. Enfin, en vue d’une organisation plus rationnelle, un certain nombre de fonctions d’approvisionnement, de R&D et de marketing groupe pourraient réintégrer les centres de décisions dont elles dépendent.

« Le second volet devrait permettre à Seita de s’ouvrir de nouvelles ambitions et de mieux rebondir commercialement en repensant la structure de ses fonctions commerciales et supports pour les adapter à la nouvelle réalité de l’activité sur le marché français.

• D’importantes mesures d’accompagnement

« La Direction de Seita comprend et partage l’émotion que peut susciter cette annonce qui aurait pour conséquence la suppression nette de 366 postes.

« La société s’attachera à identifier puis à mettre en œuvre des solutions d’accompagnement adaptées à chacun des salariés concernés en concertation avec les partenaires sociaux. En plus des mesures de reclassement interne et du programme de pré-retraite financé par l’entreprise, le dispositif comprendrait des congés de reclassement avec accompagnement d’un cabinet spécialisé, des aides à la création d’entreprise et des programmes de formation.

« Toutes ces mesures feront l’objet de négociations avec les partenaires sociaux, qui devraient débuter dès le 24 avril 2014.

« Enfin, outre sa recherche de repreneur pour les sites concernés, Seita s’engagerait à mener des actions de revitalisation dans les bassins d’emplois les plus touchés. Il s’agirait, notamment sur les zones de Nantes-Carquefou et de Bergerac, d’attirer de nouvelles entreprises créatrices d’emplois et de soutenir le développement des entreprises locales. Des moyens spécifiques seraient dégagés dans ce cadre pour faciliter le reclassement des salariés de l’entreprise sur ces bassins ».