Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
22 Mar 2021 | Profession
 

À Mâcon comme ailleurs, les buralistes subissent, en tendance ces dernières années, la baisse des ventes de la presse et surtout des cigarettes en volumes.

Cependant et malgré la récente fermeture d’un collègue, les débitants de tabac locaux ne veulent pas tout voir en noir … Reportage du Journal De Saône-et-Loire

•• Il y a quelques jours, un tabac-presse du centre-ville a fermé définitivement, laissant un mot sur la porte pour remercier ses clients. On y lit notamment  : « c‘est avec regrets que je dois vous quitter rapidement et brutalement. Ne trouvant aucun acquéreur et suite à la pandémie de Covid-19, le peu de fréquentation du centre-ville ainsi qu’une charge trop importante de taxes gouvernementales, je me vois dans l’obligation de fermer définitivement le magasin ».

À Mâcon comme ailleurs, les gens fument moins alors que la contrebande s’est renforcée au fil des augmentations du prix du paquet. « C’est un véritable problème, notamment sur certaines marques », s’alarme Florence Claudon, secrétaire de la fédération des buralistes de Saône-et-Loire.

•• Reste que d’autres buralistes fonctionnent très bien et n’ont pas souffert de la pandémie. Notamment ceux qui n’ont pas hésité à investir dans leurs points de vente et qui sont parvenus, très tôt, à transformer et diversifier leur activité. « Nous le répétons souvent lors des formations, il ne faut pas louper le coche de la diversification », indique Florence Claudon.

•• Ainsi, certains bureaux de tabac ne sont plus de simples lieux où acheter des cigarettes et le journal. Ce sont aussi de véritables épiceries, où l’on peut aussi boire un café, retirer un colis, faire des transferts d’argent, acheter un jeu à gratter et parfois même prendre un billet de train.

S’y ajoutent les avantages de la proximité et de la disponibilité. « Aujourd’hui, il faut avoir une grande amplitude horaire », confirme Florence Claudon. À Mâcon, certains buralistes sont d’ailleurs ouverts sept jours sur sept.