Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
21 Fév 2018 | Trafic
 

En France, la détention, la fabrication, le transport de cannabis et de ses dérivés ne sont pas autorisés : cela concerne aussi indirectement le CBD, pourtant utilisé et toléré à la vente comme tel dans certains e-liquides (voir Lmdt des 8 janvier 2018 et 30 novembre 2017).

Ainsi, la gendarmerie des Alpes de Haute-Provence a publié sur sa page Facebook l’annonce d’une saisie record, réalisée le 13 février dernier, de deux tonnes de substances de cannabidiol sous forme liquide et solide, conditionnées en bidon et en fûts.

Les perquisitions ont été menées aux sièges de plusieurs sociétés, deux étant implantées notamment dans les Alpes-de-Haute-Provence.

•• Des analyses vont être conduites afin de déterminer si les produits sont conformes à la législation en vigueur : un taux de 0,2 % de THC, le principe actif du cannabis. Six personnes ont été interrogés pour préciser leur rôle dans ce commerce s’étendant des Alpes de Haute-Provence jusqu’au Morbihan en passant par la Drôme.

•• « Issue de la culture industrielle de certaines variétés de cannabis pauvre en THC appelé couramment « chanvre », cette production consiste à extraire de la plante un cannabinoïde particulier, le cannabidiol (ou CBD) qui est une substance particulièrement recherchée et coûteuse dont l’utilisation va de la cigarette électronique aux applications médicinales », précise la gendarmerie.