Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
 

Moscou fumeursCela n’a pas encore changé grand chose. Un an après l’interdiction de fumer dans la grande majorité des lieux publics (voir Lmdt des 2 juin 2014 et 23 octobre 2013), une enquête révèle que le taux de prévalence tabagique serait passé de 35 % à 34 %. Étant donné la taille de l’échantillon (1 600 personnes) et la marge d’erreur correspondante, autant dire que nous en sommes toujours au même niveau (enquête VTsIOM / All-Russia Public Opinion Study Center, menée fin janvier).

Mais le plus significatif de l’enquête réside dans le fait que plus d’un tiers des fumeurs reconnaissent enfreindre la loi et continuer à fumer dans les lieux interdits.

20 % fument, en cachette, dès lors qu’ils estiment qu’ils ne seront pas vus.

15 % le font ouvertement, n’importe où, quitte à risquer d’être sanctionnés. Surtout l’hiver a-t-on envie d’ajouter …

Il faut dire que la nouvelle réglementation est mal tombée. En pleines difficultés économiques, suite à l’embargo, la période n’est guère propice à la maîtrise de sa consommation de tabac. 22 % des fumeurs russes consomment un paquet, ou plus, quotidiennement.