Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
7 Fév 2018 | E-cigarette, International
 

Les autorités sanitaires de Grande-Bretagne se montrent cohérentes avec elles-mêmes et veulent encourager le vapotage comme aide à l’arrêt du tabac. On le sait. Ainsi, elles envisagent la vente de cigarettes électroniques … dans les hôpitaux.

•• « Les cigarettes électroniques sont devenues l’aide au sevrage la plus populaire pour les fumeurs en Grande-Bretagne avec trois millions d’utilisateurs réguliers » déclare la réactualisation du rapport de Public Health England (PHE) sur la cigarette électronique (voir Lmdt du 19 août 2015), publié ce 6 février.

Au moins, 20 000 personnes pourraient abandonner chaque année le tabac grâce au vapotage qui est 95 % moins nocif, tranche le rapport.

Mais des milliers de fumeurs pensent que les cigarettes électroniques sont tout aussi dangereuses et 40% des fumeurs n’en ont jamais essayé, constate-t-il. « C’est pourquoi nous voulons que les tabacologues et les professionnels de santé soutiennent les fumeurs qui voudraient utiliser les cigarettes électroniques pour arrêter le tabac ».

•• Reste que les médecins et les infirmiers ne peuvent pas prescrire de cigarettes électroniques parce qu’aucun dispositif n’a encore été autorisé par l’Autorité de réglementation des médicaments et des produits de soins de santé (MHRA).

Pour promouvoir le vapotage comme aide au sevrage, l’autorité sanitaire envisage cependant de remplacer les zones fumeurs extérieures des hôpitaux par des zones de vapotage : « vapoteurs friendly ».

•• Et … pour aller plus loin et inciter les patients à laisser tomber définitivement la cigarette, les autorités sanitaires songent aussi à des espaces dédiés de vente d’e-cigarettes au sein des établissements hospitaliers.