Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
25 Mar 2021 | Profession
 

Le numéro de mars de la Revue des Tabacs accueille une interview de Philippe Coy qui y fait un large tour d’horizon de l’actualité de la profession de buralistes. Extraits.

•• Sur les relations avec les politiques

« Je constate que nous sommes de plus en plus sollicités sur des sujets très variés. Mieux vaut éclairer ainsi les travaux parlementaires en y apportant un débat contradictoire, à partir de la réalité du terrain. 

« À l’issue des différents rapports rendus par l’Assemblée nationale, nous constatons d’ailleurs la prise en compte de nos points de vue. Comme nous venons de le voir concernant le CBD où la mission parlementaire penche franchement dans notre sens après que nous ayons été auditionnés en direct.

« De même pour la mission sur le comportement du marché du tabac pendant le confinement d’Éric Woerth, elle existe parce que la Confédération l’a demandée dès le 31 mai dernier. Enfin, tous ces contacts m’amènent à « déborder » les ordres du jour définis à l’avance pour demander la réouverture dans les meilleurs délais de nos activités bar-brasserie. Ou évoquer le sort de nos collègues des centres commerciaux. »

•• Sur le moratoire fiscal

« Le Ministre me l’a encore confirmé, lors de notre dernier entretien, le 16 février. La Confédération a bien obtenu deux années de gel de fiscalité en 2021 et 2022. S’il y a des évolutions de prix sur cette période, elles ne sont le fait que du jeu concurrentiel entre acteurs du marché.

« Il est aussi utile de préciser qu’il n’y aura pas de taxe additionnelle dans le cadre de la mise en place d’un éco-organisme visant à la disparition progressive des mégots de l’espace public et auquel les fabricants de tabac doivent apporter leur contribution.

« Dès que le sujet est apparu avec la présentation du projet de loi contre le gaspillage et pour l’économie circulaire de Brune Poirson, je me suis fermement élevé contre le principe d’une taxe mégots. Et le ministre des comptes publics comme la ministre de la transition écologique ainsi que le Parlement ont rejoint notre position. Depuis, on a travaillé au plus haut niveau de l’État pour que l’ éco-contribution soit la plus responsable possible pour toutes les parties prenantes. »

•• Sur les organismes de services liés à la Confédération

« Ces entités soutiennent les objectifs de la Confédération et accompagnent les buralistes avec leurs prestations de services.

« L’EDC, par exemple, a joué son rôle d’amortisseur de crise : 29 millions d’euros de garanties complémentaires ont été engagés en quelques jours pour 1 595 buralistes, afin de cautionner leurs hausses de stocks tabac pendant les confinements.

« La Mudetaf a augmenté gracieusement ses garanties et Formation buralistes a joué pleinement son rôle en mettant en place des formations en ligne pour les nouveaux buralistes pendant les confinements et le couvre-feu.

« C’est un signe de professionnalisme et d’agilité. Il n’y a pas beaucoup d’autres organisations professionnelles qui ont autant de services à proposer à leurs adhérents. »