Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
13 Juil 2018 | Profession
 

Republic Technologies International annonce un investissement de 13,5 millions d’euros à Perpignan, dans le cadre d’un projet d’extension et de renforcement de ses outils de production.

 « Nous faisons le choix d’investir dans la région Occitanie et plus particulièrement à Perpignan où nous sommes présents depuis plus de 150 ans et où il existe un vrai savoir-faire industriel sur nos différents métiers », souligne Santiago Sanchez, président depuis juillet 2017 de Republic Technologies International (RTI), dans La Tribune Objectif Languedoc-Roussillon (voir Lmdt du 17 juillet 2017).

•• Le groupe – avec ses marques OCB, JOB, ou encore e-CG – va notamment investir pour agrandir l’actuelle plateforme de Torremila, zone industrielle près de l’aéroport de Perpignan, de 4 000 mètres carrés. Ainsi à l’été 2019, un bâtiment de 4500 mètres carrés devrait sortir de terre.

Ce futur bâtiment devrait accueillir des entrepôts mais aussi l’activité optique qui sera déménagée, la production des e-liquides avec l’acquisition d’une nouvelle ligne de production ainsi que la fabrication de tubes à fumer asymétriques (forme conique) destinés au marché nord-américain.

•• Cet « investissement d’avenir », selon le président de RTI, permettra l’embauche d’une trentaine de personnes en trois ans sur l’ensemble des métiers du groupe, à raison de 10 nouveaux salariés par an.

•• Second employeur industriel de la région Occitanie, le groupe compte déjà 400 salariés à Perpignan (750 en Europe).

En plus de la France, RTI est présent en Allemagne, Autriche, Espagne et Royaume-Uni. Rachetée au groupe Bolloré en 2000 par un groupe américain, l’entreprise a depuis diversifié son activité : elle est passée de la seule activité de cahiers et papiers à rouler, aux productions de bout-filtres, tubes, enrouleurs, e-liquides, cigarette électronique, et produits pour l’optique. Un équilibre entre activités qui lui permet de se maintenir en croissance.

•• Après un chiffre d’affaires de 120 millions d’euros réalisé en 2017 en France, RTI prévoit une croissance de l’ordre de 2 % cette année. Cette croissance devrait être portée par les ventes de papiers à rouler (principale activité du groupe), mais aussi les e-liquides et les bout-filtres.

•• Quant à la pression sur la pollution générée par les mégots (voir Lmdt du 12 juillet), Santiago Sanchez précise : « Nous travaillons sans arrêt à développer des produits écologiques et biologiques. Par exemple, nous utilisons des encres végétales, des enveloppes recyclées et recyclables, du papier à rouler à base de chanvre, ou encore des rouleurs en bambou.

De plus, nous avons développé des filtres 100 % papier non blanchi en alternative au bout-filtre classique en acétate contenant de la triacétine, un produit chimique néfaste pour l’environnement avec des temps de biodégradabilité très lents. »

(Voir aussi Lmdt des 17 janvier et 22 avril 2015).