Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
15 Déc 2020 | Profession
 

Depuis ce jeudi 10 décembre, un courrier de mise en demeure de la Préfecture est scotché sur le plexiglas d’un bar-tabac de Sablé-sur-Sarthe. Avec une annotation manuscrite et péremptoire : « pour deux cafés, voilà la décision. Vive la France ! ».

L’histoire remonte au 11 novembre dernier, quand l’établissement a eu la visite des gendarmes. « Les autres cafés de Sablé étaient fermés, il y avait du monde. On était tous les deux occupés entre le PMU et le tabac » raconte le buraliste.

Un couple de clients prenait leur café à emporter sur un mange-tout placé à l’extérieur. Ils allaient partir quand ils ont été verbalisés par les gendarmes qui ont décrété qu’il y avait trop de monde à stagner. « Ils ont dit que les mange-debout étaient interdits. Puis ils sont repartis, on n’a pas eu le temps de discuter » expliquent les buralistes dans actu.fr. Ils sont allés de leur propre initiative s’expliquer avec les gendarmes de Sablé.

Puis, quasi un mois après, ils ont reçu ce courrier de la Préfecture les mettant en demeure de se mettre en conformité sous la menace de « prendre des mesures de fermeture administrative ».

« On n’a pas pu s’expliquer. Nous avons retiré le mange debout juste après le passage des gendarmes, ils n’avaient qu’à venir vérifier. Depuis le premier confinement, on essaie de faire les choses bien ».