Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
17 Nov 2020 | Profession
 

Les trois cents buralistes de Haute-Garonne avaient bénéficié au printemps dernier d’un « effet confinement ». Il se poursuit actuellement mais dans de moindres proportions, à l’heure notamment où le prix du paquet de cigarettes a augmenté …

C’est ce qu’annonce, du moins, La Dépêche du Midi qui fait le point avec le patron des buralistes d’Occitanie, le Toulousain Gérard Vidal (vice-président de la Confédération).

•• « Au printemps, c’était de la folie, on avait explosé les chiffres d’affaires. Aujourd’hui, on observe un volume sensiblement supérieur à la normale. Peut-être que les consommateurs avaient fait des provisions. Et puis les frontières restent ouvertes … »

« C’est contrasté. Dans la première couronne de Toulouse, on travaille bien. En revanche dans l’hypercentre de Toulouse, c’est plus compliqué à cause du télétravail ou de la fermeture des autres magasins.

•• « Cinq ou six débits de tabac ont fermé cette année. Mais le marché reste dynamique puisqu’on enregistre quinze à vingt cessions de commerces depuis le début de l’année.

« Nous sommes des commerçants d’utilité locale (…) Par exemple, nous délivrons beaucoup d’attestations de déplacements, les gens n’ayant pas forcément d’imprimante chez eux. Nous sommes aussi des relais bancaires, on peut aujourd’hui retirer de l’argent dans les bureaux de tabac.

« Nous travaillons de plus en plus comme points relais colis, une activité en forte hausse. Enfin, les bureaux de tabac facilitent les paiements de proximité. On peut payer la cantine, des PV de stationnement ou la taxe foncière … »

•• « Le Gouvernement a commis une faute en augmentant encore les prix. Il n’y a jamais eu autant d’écart avec des pays voisins comme l’Espagne. Fumer est devenu un luxe. Ce n’est pas en agissant de la sorte que l’on aura une politique de santé efficace »estime en conclusion Gérard Vidal.