Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
22 Juin 2020 | Trafic
 

Suite à la publication du dernier rapport KPMG sur le marché parallèle des cigarettes en France (voir 18 et 22 juin), Seita / Imperial Tobacco vient d’éditer un communiqué que nous reprenons intégralement. 

« L’étude annuelle KPMG, qui mesure et analyse chaque année les flux d’achats de produits du tabac en Europe, démontre que 30,1 % des produits du tabac consommés en France sont issus du marché parallèle.

« Avec 3 points d’augmentation en 2019 par rapport à 2018 (28,4 %) et près de 6 points par rapport à 2017 (24,6 %), ce phénomène est la conséquence directe de l’augmentation des prix du tabac, dans le cadre de la trajectoire fiscale pour un paquet de cigarettes à 10 euros en novembre 2020. 

•• Une évolution dans la répartition des achats sur le marché parallèle

Pour la première fois depuis 2017, la part des achats de cigarettes issues de la contrefaçon et de la contrebande baisse, passant de 49 % (2018) à 45 % (2019). À noter cependant : la contrefaçon connait une explosion en hausse de 82 % en 2019, mettant entre les mains des fumeurs des produits sans contrôle et ne répondant à aucun cahier des charges.

La part des achats transfrontaliers passe, quant à elle, de 50 % en 2018 à 55 % en 2019.

Avec 26 % des achats transfrontaliers, l’Espagne est la première destination des français qui s’approvisionnent en tabac moins cher, suivie de la Belgique (12 %) et du Luxembourg (8 %). Après deux hausses successives durant l’année 2019, la France a encore creusé l’écart de prix avec ses pays voisins, avec un prix par paquet le plus élevé d’Europe.

•• Pour Hervé Natali, Responsable des relations territoriales Seita : « cette hausse des achats de produits du tabac sur le marché parallèle était prévisible, après la première alerte que nous avions lancée en 2018 sur l’inefficacité d’une politique exclusivement basée sur la fiscalité. Les hausses semestrielles pour atteindre le paquet à 10 euros en novembre 2020 ont incité encore plus de fumeurs à se tourner vers d’autres sources d’approvisionnement que les buralistes français. La France a la politique fiscale la plus agressive d’Europe sur les cigarettes. Il en résulte surtout une évasion commerciale colossale, générant une perte de 5 milliards de recettes fiscales par an pour l’État. »