Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
16 Mar 2017 | L'essentiel, Trafic
 

Quel est l’impact de ce « paradis du tourisme fiscal » sur le marché parallèle du tabac dans les agglomérations du sud de la France ? Une relative proximité routière – quand elle n’est pas assurée par des autocaristes (voir Lmdt du 12 mars) – permettant aux produits andorrans de remonter haut dans l’approvisionnement du marché parallèle hexagonal.

D’où l’intérêt de revenir sur les dernières enquêtes « ramasse-paquets » menées dans plusieurs villes du Sud. Rappelons que celles-ci permettent de déterminer le pourcentage de paquets n’ayant pas été achetés dans le réseau officiel des buralistes.

Rappelons que la méthode employée par une société spécialisée consiste à ramasser des paquets vides (sur le sol ou dans des poubelles) dans certaines rues ou places d’agglomérations, en évitant les lieux accueillant des événements ou susceptibles de faire l’objet d’une forte fréquentation touristique.

Certes, ce ne sont que de simples « ponctions », en des lieux déterminés et à des dates précises, qui ne sauraient refléter la situation toute l’année sur le terrain. Mais les résultats sont considérés comme significatifs par nombre d’observateurs (voir Lmdt des 16 mars 2015 et 20 novembre 2014). Même si les anti-tabac reprochent à ces enquêtes d’être financées par l’industrie du tabac. Mais il n’y en a pas d’autres de comparables.

Les résultats que nous vous présentons ci-dessous comparent, donc, les chiffres de 2016 (moyenne de deux vagues dans l’année) avec ceux de 2015 (deux vagues également) pour plusieurs villes dont on sait pertinemment qu’un certain nombre de consommateurs se rendent facilement en Espagne … ou en Andorre :

• Toulouse : 34,6 % – de paquets n’ayant pas été achetés dans le réseau officiel des buralistes – en 2016 (31,7 % en 2015)
• Montauban : 21,7 % (23,8 %)
• Agen : 18 % (10,3 %)
• Perpignan : 50,5 % (52 %)
• Narbonne : 36,6 % (35,9 %)
• Montpellier : 27 % (28,5 %)
• Nîmes : 34,1 % (10,7 %)
• Valence : 30,2 % (28,1 %)
• Bayonne : 29,4 % (25,8 %)
• Mérignac : 31,4 % (19,6 %)
• Bordeaux : 29,9 % (18,9 %).