Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
26 Nov 2014 | Observatoire
 

S Veil cigarette40 ans après le vote légalisant l’interruption volontaire de grossesse, France 2 revient sur le combat mené par la ministre de la Santé de l’époque, Simone Veil, avec un téléfilm diffusé ce mercredi 26 novembre :  «  La Loi ». Ce qui nous vaut cette image de la ministre, à l’époque fumeuse, puis repentie en faisant voter la première loi de lutte contre le tabagisme (interdiction de publicité) en juillet 1976. C’est Emmanuelle Devos qui a été choisie pour incarner la ministre de la Santé qui a accepté, exceptionnellement, que sa personnalité fasse l’objet d’un film.

S Veil CigaretteLe sujet du tabac n’est pas abordé dans le téléfilm, mais cela nous ramène à un document de l’INA de novembre 1977 dans lequel Simone Veil témoignait de sa « prise de conscience » : « lorsque j’étais ministre de la Santé, je fumais pas mal … Et, il m’arrivait d’apparaître une cigarette à la main en conférence de presse ou lors d’émission de télévision. Et, puis, des médecins sont venus me voir pour m’expliquer qu’il n’était pas possible qu’un ministre de la Santé donne une image inverse à leurs préconisations. J’ai donc demandé à mon cabinet des études et un bilan des campagnes d’information et de prévention qui se développaient dans les autres pays. Leur lecture m’a interpellé personnellement et m’a fait prendre conscience de mes responsabilités … En 1975,  j’ai commencé par demander que les cendriers disparaissent en conseil des Ministres, puis, en collaboration avec Jacques Chirac, les autres ministres de respecter une ligne.

« À l’époque, il y avait encore beaucoup de publicité sur un certain mode de vie. Mais, pour moi, la loi était un complément de la société, de la liberté et de la démocratie, de sorte que les gens soient informés. Dans notre esprit, les gens avaient le droit de fumer, nous n’avons jamais essayé de nous opposer à cette liberté. Il y a un devoir pour les politiques : Faites-le, mais connaissez les risques ».