Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
26 Nov 2017 | Trafic
 

Un trafic significatif. Multiplié par combien d’autres acteurs ? 

Un buraliste belge installé à Menin (qui partage son artère principale avec la ville française d’Halluin) vient d’être condamné par le tribunal correctionnel de Lille pour avoir adressé, par la poste, des cargaisons de tabac à des Français.

Et pas en petites quantités : plus d’une centaine de kilos de tabac à rouler et près de 10 000 cigarettes estimés pour la seule année 2015. Sans oublier une autre activité qui a soulevé bien des questions sur l’importance de son activité : n’ayant qu’à traverser la rue après l’expédition des paquets, il allait régulièrement chercher de l’argent liquide au guichet de sa banque française (au total 150 000 euros, cette même année).

•• « Pour mes clients, l’expédition coûtait moins cher » a argumenté Jurgen Demeulemeester. Et d’ajouter « certains de mes clients étaient parfois empêchés par la maladie ou une voiture indisponible ». Bah voyons…

Il se trouve que le bureau de poste le plus proche de son établissement (le « Power Shop ») est situé en France, à Halluin. Juste en face, d’ailleurs, de la banque (française) où il faisait verser les paiements en carte bancaire de ses clients … français. En cas de retour de paquet, celui-ci était déposé à l’adresse portée sur l’emballage. Celle d’une employée installée en France.

•• Alertés par cette inflation de Colissimos, les postiers (français) ont fini par alerter les douanes, tant cette activité s »apparentait à de la vente à distance illégale. Les clients français ne passaient-ils pas tout simplement commande via le site Internet de Power Shop ? Réponse du prévenu : « je laissais les vignettes belges. »

Sanction pour le tout : trois mois de prison avec sursis et 10 000 euros d’amende.

Cela va-t-il dissuader d’éventuels « collègues ».