Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
6 Avr 2018 | Vapotage
 

L’annonce – très remarquée – par Philipe Coy, dans Les Échos (voir Lmdt du 4 avril), de l’organisation d’un « mois de la vape » chez les buralistes n’a pas plu du tout, mais pas du tout … à certains milieux du vapotage.

Alors que le président de la Confédération s’est gardé de la moindre attaque contre les boutiques, soit dit en passant.

•• Vapoteurs.net s’interroge sur un « Mois sans tabac », voire même à un « Mois de la vape », avec les buralistes aux commandes.

•• Quant à Sébastien Béziau, sur Vap’You, il s’en prend durement à Philippe Coy sur le sujet de la vape, tel que développé dans l’interview des Échos. Extraits :

« Certes les buralistes ont complètement raté le coche de la vape, on peut légitimement se demander s’ils ont la capacité de reprendre le train en marche. Si Philippe Coy fait bien le job de communication pour ancrer l’idée dans les esprits, l’interview nous révèle aussi son niveau de compréhension et de maîtrise du sujet. Et à ce niveau de méconnaissance, ça fait peur (ou pas) …

• « Pour lui, la vape n’est qu’une composante d’une offre globale « tabac ». Alors que les primo-vapoteurs, font tout pour s’éloigner de l’idée même de la cigarette, on va donc positionner la vape entre les clopes et le tabac chauffé. Ça fait des années que les vapoteurs et leurs associations clament que la vape n’a rien à voir avec le tabac … que néni, c’est du tabac, juste une « offre » supplémentaire, élargie (…)

• « La qualité des équipements et des liquides a donc baissé ! Extraordinaire déclaration, alors que justement les boutiques spécialisées et toutes les personnes qui aident les vapoteurs se réjouissent chaque jour des progrès considérables sur les matériels, pratiques, simples, efficaces. Et que dire de l’incroyable travail des nombreux fabricants de liquides qui ne cessent de rechercher la meilleure qualité, les contrôles, la norme Afnor (…)

• « Bien joué, trois marques citées dans l’interview, et alors que toutes les boutiques se galèrent à expliquer qu’on ne peut absolument pas faire de correspondance entre les clopes et la vape sur le niveau de nicotine, ni même sur le nombre de cigarettes fumées, si-si, Philippe Coy lui, il sait, il a tout compris ! (sic) 

• « Tout cela n’est finalement pas bien surprenant lorsque l’on voit comment vont être « formés » les professionnels de la vente de tabac dans le cadre de l’opération « Buralistes de la vape » . En effet, pour « vendre » de la vape, 1h30 de formation, ça suffit bien ! (…)

• « Voilà donc, faisons la promotion des « alternatives moins nocives » et appelons ça globalement la vape, c’est tellement plus simple. Au diable les spécialistes qui nous agacent avec les détails, vapeur / électronique, mettons tout ça dans le même panier.

• « Et puis on organise un « Mois de la Vape », c’est super volontaire, et ça nous permettra de vendre du tabac chauffé. Accessoirement, si le client n’est pas satisfait, le rayon « vrai tabac » reste à disposition, à portée de la main. (re-sic).