Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
14 Mai 2020 | Profession
 

La préfecture des Pyrénées-Atlantiques a annoncé mercredi un renforcement des contrôles à la frontière avec l’Espagne après que les autorités ont constaté depuis la fin du confinement un afflux d’automobilistes français dans les « ventas » espagnoles, où alcools et tabac sont moins chers, rapporte l’AFP dans une dépêche que nous reprenons (voir 13 et 11 mai).

Depuis lundi, « la police aux frontières nous a expliqué avoir observé de longues files de voitures » venant de France, a expliqué la préfecture dans un communiqué.

Or « l’accès aux ventas ou aux terrasses espagnoles est interdit aux ressortissants français » en vertu des règles liées à la crise sanitaire, selon la même source.

•• Ces derniers jours, des automobilistes venant de France ont en effet tenté d’aller s’approvisionner dans les « ventas », ces commerces frontaliers particulièrement prisés des Français pour leurs tarifs avantageux notamment sur le tabac et l’alcool, soumis à une taxation inférieure qu’en France.

La petite route qui mène aux ventas frontalières d’Arneguy, à quelques kilomètres de Saint-Jean-Pied-de-Port, a été particulièrement fréquentée selon la presse locale et un témoin interrogé par l’AFP.

•• Nicolas, qui emprunte régulièrement cet axe, a ainsi constaté beaucoup de passages de voitures « en début de semaine ». « Il y a dix jours déjà, il y avait une file de gens sur la route qui mène aux ventas et une vingtaine de voitures sur un petit parking à proximité, parce qu’un tabac était resté accessible », a ajouté le jeune homme.

« Compte tenu des comportements observés en début de semaine, les contrôles seront amenés à se renforcer au cours des prochains jours par une action coordonnée entre les services opérationnels espagnols et français » a ainsi prévenu la préfecture des Pyrénées-Atlantiques.

« On était sur un régime de pédagogie jusque-là, avec une collaboration entre la police aux frontières et la police espagnole, mais avec ce qui a été observé, on passe sur un autre type d’actions » a-t-on commenté mercredi à la préfecture, sans plus de détails.