Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
4 Juin 2018 | Pression normative
 

Lors de sa conférence de presse d’il y a une semaine (voir Lmdt du 28 mai), Agnès Buzyn a présenté les axes du « Programme national de Lutte contre le Tabagisme » (PNLT) qui sera mis en ligne dans les jours à venir (voir Lmdt du 20 mai). 

« Porté avec mon collègue Gérald Darmanin ce programme marquera une nouvelle étape », a-t-elle déclaré … en associant des actions sociales et sanitaires avec des actions économiques. Exit donc le PNRT (Programme national de « Réduction » du Tabagisme). La « lutte » remplace la « réduction ».

•• LES OBJECTIFS : l’ambition est de continuer à réduire le nombre de fumeurs avec des objectifs bien délimités. Soit parvenir à moins de 22 % de fumeurs quotidiens chez les 15-75 ans d’ici 2022, et à moins de 20 % chez les adolescents. Et d’ici 2027, la part des fumeurs quotidiens chez les 15-75 ans doit être abaissée à moins de 17 %, soit 5 millions de fumeurs de moins qu’en 2017.

•• LE FINANCEMENT : 100 millions d’euros devraient être consacrés par le « Fonds de Lutte contre le Tabac » (financé par les fabricants ainsi que les distributeurs de tabac et géré par la Caisse nationale d’assurance maladie) aux premières actions du PNLT.

D’ici 2022, ce sont 590 millions d’euros qui seront consacrés par ce même fonds au « renforcement de la prévention en matière d’addiction » (voir Lmdt des 28 novembre 2017 et 6 octobre 2016).

•• QUATRE AXES PRINCIPAUX :

1• Protection des enfants pour éviter l’entrée dans le tabagisme :

. Mobilisation des étudiants de santé du service sanitaire (voir Lmdt du 27 février 2018) pour créer un dialogue régulier sur la prévention à l’école.
. Appels à projets – lancés et financés par le « Fonds de Lutte contre le Tabac » sur les plans national, « mobilisation de la société civile », et régionaux – pour » créer une dynamique sans précédent, renforcer la prévention et favoriser la dénormalisation du tabac ».
. La charte « administration sans tabac » –  initiée en 2015 et visant à aider les personnels fumeurs ainsi qu’à mieux organiser les espaces fumeurs – doit être déployée dans le public comme dans le privé.

2• Accompagnement des fumeurs vers le sevrage :

. Désormais, les prescriptions de traitements de substitution nicotinique (TSN) sont remboursées comme les autres médicaments importants et avec le bénéfice du tiers payant en officine (voir Lmdt du 16 mai 2018). En plus des médecins, près de 800 000 professionnels de la santé pourront en prescrire.
. Actions spécifiques à l’attention des femmes enceintes ou ayant un projet de grossesse pour les aider dans le sevrage.

3• Agir sur l’économie du tabac :

. Travail sur l’évolution du cadre fiscal européen, au-delà de la hausse sur la fiscalité actuelle.
. Lutte contre les achats en dehors du réseau des buralistes : mise en œuvre du futur dispositif européen de traçabilité et d’authentification des produits du tabac en 2019.
.  Accompagnement de la transformation profonde du réseau des buralistes avec la signature du nouveau Protocole 2018-2021 (voir Lmdt du 2 février 2018).

4• Évaluer, chercher et diffuser les connaissances sur le tabac :

Appel à projet porté conjointement par l’Institut national contre le Cancer et l’Institut de Recherche en Santé publique – financé par le « Fonds de Lutte contre le Tabac » – destiné à la communauté des chercheurs.