Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
5 Jan 2019 | Profession
 

Dior Decupper (présidente de Seita) a accordé un long interview dans le numéro de décembre de La Revue des Tabacs.

Nous en avons extrait quelques passages, notamment sur l’activité vapotage (voir Lmdt des 4 novembre, 28 juin et 14 mai).

•• À la question « quelle est votre ambition première ? ». Sa réponse.

D. D. : « Dépasser les attentes et créer le meilleur pour les fumeurs adultes, c’est notre ambition.

« Pour y parvenir, nous allons continuer à proposer le meilleur rapport qualité-prix en tabac et des alternatives moins nocives pour la santé, grâce à des produits de nouvelle génération. L’industrie des produits de nouvelle génération a fait un bond technologique considérable. Chez Imperial Brands nous avons investi massivement dans la recherche et le développement. Nous allons continuer à le faire.

« Mais l’enjeu est bien plus qu’économique, il est sociétal et sanitaire. Nos partenaires buralistes doivent le soutenir au profit de leurs commerces, comme le font en interne toutes nos équipes qui se mobilisent au quotidien. »

•• Sur les objectifs du groupe Imperial Brands ?

D. D. : « Le groupe Imperial Brands opère un changement radical de culture d’entreprise, qui insuffle une nouvelle dynamique à nos équipes.

« Nous créons l’entreprise de demain. Une culture différente et des objectifs business forts : Imperial Brands a l’objectif de doubler son chiffre d’affaires d’ici à 2025, en misant à la fois sur le tabac et sur les produits de nouvelle génération.

(…) La stratégie du groupe Imperial Brands est de devenir le leader mondial du marché des produits de nouvelle génération. Pour cela, nous développons à l’international une offre adaptée aux attentes des consommateurs, avec notamment un tabac chauffé, Pulze, qui sera lancé en 2019 par exemple au Japon, où les liquides de vapotage avec nicotine sont interdits. »

•• Sur l’activité vapotage, en France (Myblu) :

D. D. : « Nous enregistrons une croissance à deux chiffres sur la vape (…)

« Plus de 160 000 kits Myblu ont été vendus en moins de quatre mois. Il s’agit d’un lancement très réussi, parce que c’est un produit simple, pratique et économique, qui répond vraiment aux besoins des fumeurs. Ceux-ci recherchent avant tout un plaisir moins nocif que le tabac.

« Courant 2019, nous irons encore plus loin, en proposant une gamme avec des sels de nicotine, qui est déjà disponible au Royaume-Uni. »