Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
31 Jan 2017 | Pression normative
 

Des déclarations de Marisol Touraine sur RTL de ce matin (voir Lmdt de ce jour), les médias auront surtout retenu la disparition de certaines marques jugées trop « glamour ». Une mesure reçue avec scepticisme et étonnement. Quant à la hausse du prix du paquet de tabac à rouler, c’est un nouveau « coup de massue » pour buralistes et clients. 

• Au 13 heures de TF1, deux jeunes fumeuses ne comprennent pas l’interdiction de certaines marques : « ça fait des années que c’est comme ça. Pourquoi tout d’un coup, on trouve ça trop sensuel ou je sais pas quoi ! » ; « Ça n’a aucun intérêt ! ».

Avec les nouveaux prix du tabac à rouler, un buraliste de Tourcoing voit déjà ses clients partir de l’autre côté de la frontière : « ici, on habite à trois kilomètres, quand le prix du tabac augmente, on franchit la frontière. Ça va repartir de plus belle … ».

• Au journal de France 3, Michel Bouscarat, président de la délégation syndicale des buralistes de Paris Ouest : « pour faire baisser le tabagisme, il faut une vraie prise de conscience et un travail de fond, et non pas une opération coup de com ». Un fumeur dans son établissement : « chacun a le droit de fumer la marque de son choix, tout de même ! »

• Cyril Geiger, blogueur et buraliste à Paris, au micro de RMC, à propos des marques : « La problématique, c’est qu’on est dans la subjectivité la plus totale. Qu’est-ce qui fait qu’un nom est sexy ou non. On me dit que « gold » va être interdit parce que c’est une image positive.  Mais alors « rouge » est aussi quelque chose de contestable, de ce point de vue. Est-ce qu’on va tout interdire et désigner tous les paquets par un nom unique ?  Et nous dire … débrouillez-vous. On est perplexe sur l’efficacité de la mesure, si ce n’est la certitude de voir s’alourdir le travail des buralistes déjà mis à mal par le paquet neutre ».

• Invité des « Auditeurs ont la parole » de RTL, Albert Hirsch, vice-président de l’Alliance contre le Tabac, n’a pas caché, finalement, une certaine déception : « Il faut saluer les mesures que prend Marisol Touraine contre le marketing. Ça va dans le bon sens, de même que la hausse du prix du tabac à rouler. Par contre, il faut vraiment passer à la vitesse supérieure et la mesure que nous attendons toujours, c’est le paquet de cigarettes à 10 euros ».

Prudence aussi sur les chiffres de la consommation de tabac en décembre 2016 : « on peut les interpréter par rapport au « Moi(s) sans tabac ». Il y a aussi les difficultés financières de fin d’année. Tout cela est compliqué. Mais, il faut saluer cette initiative. Il faut absolument aider les fumeurs à arrêter ». Et nouvelle piqure de rappel : « il faut agir sur l’offre. Il faut rendre le tabac moins accessible par la cherté. La hausse du tabac est un facteur d’égalité sociale : tout le monde diminue, même les pauvres » (sic).