Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
14 Fév 2018 | Profession
 

Ce matin, Agnès Buzyn était l’invitée du 7/9 de Nicolas Demorand sur France-Inter. Et elle a été interrogée sur le sujet tabac. Curieusement, on ne lui a pas demandé son sentiment sur la récente plainte du CNCT contre les fabricants (voir Lmdt du 9 février).

Mais elle a été interpellée sur la façon dont les fabricants avaient répercuté l’augmentation d’1 euro par paquet, programmée pour le 1er mars prochain (voir Lmdt du 5 février).

Nicolas Demorand : une marque de cigarettes a annoncé qu’elle rognait sur ses marges pour ne pas répercuter la hausse des prix du tabac, est-ce normal ?

Agnès Buzyn : « Ils sont dans leur droit parce que c’est possible. Mais le principe de la vente à perte, c’est quand même inquiétant … C’est même désespérant. Cela montre à quel point …

Nicolas Demorand : vous n’y pouvez rien ? Pour un produit comme cela …

Agnès Buzyn : Bercy – cela dépend d’eux – s’interroge sur ces questions-là. Mais nous savons qu’un certain nombre d’industriels, depuis longtemps, quand le prix du tabac augmente, prennent l’habitude de rogner leur marge de façon à être plus compétitifs que les autres.

Nicolas Demorand : C’est une façon de faire de la publicité, alors qu’ils n’ont pas le droit d’en faire …

Agnès Buzyn : oui, c’est une façon de se faire remarquer