Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
15 Fév 2020 | Profession
 

Contre toute attente, le professeur Bertrand Dautzenberg n’a pas fait dans la dentelle, ce 12 février sur franceinfo, en commentant la hausse des prix du tabac du 1er mars prochain (voir 11 février). Cela lui a même valu une polémique avec un quotidien luxembourgeois. 

Soulignant une mesure, à ses yeux, d’une « efficacité tout à fait claire », il s’en est pris aux pays frontaliers : « le problème de la France, c’est que le taux de fumeurs reste très élevé au contact du Luxembourg et de la Belgique qui ont des prix beaucoup plus bas ».

•• « (…) Le Luxembourg en particulier est un grand prédateur de taxes en Europe : 20 % des revenus du Luxembourg sont des taxes volées aux autres pays européens sur le tabac, l’alcool et l’essence qu’ils vendent moins cher alors que c’est le pays le plus riche d’Europe » a-t-il poursuivi.

« Les achats transfrontaliers, oui c’est un problème, mais il y a des accords avec l’Andorre par exemple et il faudrait que le Luxembourg adopte une attitude responsable.

« Maintenant que sur chaque paquet de cigarettes il y a une traçabilité, on voit que les Luxembourgeois achètent 5 ou 6 fois plus de cigarettes qu’il n’en consomment : je pense qu’ils les achètent pour les brûler dans leur cheminée …ou alors pour faire du trafic de taxes, mais il y a un moment où il faudra que les autres pays européens demandent au Luxembourg de payer les taxes qu’il vole » (sic)

•• Dès le lendemain, Le Quotidien (du Luxembourg) rétorquait. « On peut estimer que le problème soulevé est réel mais que l’attaque est disproportionnée. Il y a certes un problème de concurrence imbattable sur le carburant et les cigarettes au Grand-Duché, et donc, un aspirateur à TVA énorme pour les pays voisins, en même temps qu’un caillou dans leurs éventuelles politiques de santé publique ou d’environnement ».

« L’affirmation « des 20% des revenus du Luxembourg sont des taxes volées aux autres pays européens sur le tabac, l’alcool et l’essence » est fausse (…) l’État a encaissé 2 milliards d’euros provenant des taxes sur les carburants, le tabac, l’alcool et les droits de concession. Mais cela donne environ 9,8 % des recettes globales de l’État au final, pas 20 % ! »

Faux également « les 5 à 6 fois plus … » : « avec la moitié de sa main d’œuvre qui vient tous les jours d’Allemagne, de Belgique et surtout de France, le Grand-Duché atteint régulièrement des records de consommation divers et variés (en Pastis aussi, par exemple…).

« En réalité, ces chiffres sont croisés avec le nombre de résidents et non pas le nombre de consommateurs potentiels que compte le pays durant la journée avec les frontaliers (plus de 200 000 actifs), ainsi que les consommateurs des pays voisins ! Ainsi, sur tous ces achats de paquets de cigarette, beaucoup restent consommés en « Grande Région Est » quand-même. Quant à savoir la part qui remonte pour être vendue à Paris, difficile de l’estimer » (re-sic).