Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
30 Avr 2018 | Profession
 

« Très vite, dans la semaine qui a suivi, on a constaté une diminution des ventes », commente Patrice Soihier (président de la chambre syndicale des buralistes du Bas-Rhin) à France Bleu Alsace, ce dimanche 29 avril, deux mois après la hausse du 1er mars.

Et chiffre à l’appui : les livraisons de tabac ont chuté de 24 % chez les buralistes bas-rhinois en mars 2018, par rapport au même mois en 2017.

•• Preuve que la diminution des ventes se fait plus ressentir aux frontières qu’ailleurs, la diminution des livraisons a été inférieure au niveau national, à hauteur de 19 % (voir Lmdt du 6 avril). Dans son établissement à Obernai, plusieurs clients confient à France Bleu franchir plus régulièrement la frontière allemande ou luxembourgeoise, depuis quelques semaines, afin de s’approvisionner à bas prix.

•• « Il risque d’y avoir de la casse », regrette Patrice Soihier. Entre cigarettes électroniques et comptes Nickel, la diversification est en marche dans son établissement, « mais tous les buralistes n’ont pas la structure et les locaux nécessaires pour se diversifier comme ils le voudraient. Ça n’a rien d’évident », souligne-t-il encore.

•• Depuis 2002,  un tiers des buralistes du Bas-Rhin ont mis la clé sur la porte.

La chambre syndicale réclame l’instauration d’une zone franche de 20 kilomètres, afin de limiter à deux le nombre de paquets autorisés, aux habitants de la région, lorsqu’ils franchissent la frontière.