Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
29 Fév 2020 | Profession
 

•• Vosges Matin. Deux ans après avoir repris, Christophe, buraliste à Épinal (Vosges), s’inquiète à chaque augmentation du prix des paquets de cigarettes, lesquels  constituent près de 50 % de son chiffre d’affaires.

« J’ai des clients qui fumaient de la blonde il y a encore un an et qui, là, sont passés au tabac roulé » affirme-t-il.

« On sait très bien que les clients les plus modestes vont se fournir là-bas (au Luxembourg, ndlr).  Les paquets que nous vendons ici sont devenus des produits d’appel et ce sont généralement les plus aisés qui continuent à venir ».

À quelques rues, cette évolution ne surprend plus Vanessa, sa collègue, rappelant que le 20 mai, s’ajoute la disparition des cigarettes mentholées : « on subit, comme d’habitude. Les pertes ne sont pas encore énormes mais on voit bien que les gens se limitent quand ils viennent acheter leur paquet ». Elle estime cependant que les 10 euros à débourser pour le paquet de Marlboro ne vont pas décourager les habitués : « les fumeurs de Marlboro sont à part ; ils ne pourront jamais acheter une autre marque ».

•• Actu.fr. Pour Fabienne Laisney (président des buralistes de La Manche et buraliste à Gouville-sur-Mer) : « Lors de notre assemblée générale, le directeur des douanes a indiqué que de plus en plus de fumeurs achètent du tabac illégalement, en contrebande. On le constate tous les jours. On a des clients qui avouent s’approvisionner autrement. Beaucoup aussi se tournent vers la cigarette électronique. On arrive à s’en sortir en se diversifiant. Mais bon, il ne faudrait pas non plus que les prix des cigarettes augmentent indéfiniment. Il faut que ça stoppe, là. »

•• L’Indépendant. « Évidemment, on craint toujours les augmentations, car chacune d’elles entraîne une diminution en volume de la consommation » reconnaît Bernard Puig, buraliste à Narbonne. Surtout à proximité de l’Espagne : « il n’y a qu’à regarder sur les terrasses des bars. De plus en plus de paquets proviennent d’Espagne ».

En parallèle, Bernard Puig constate que les produits du vapotage sont de plus en plus prisés par les consommateurs. Et que « ses clients habituels ne partent pas pour l’instant ». Un fumeur confirme qu’il ne se rend pas exprès en Espagne pour acheter des cigarettes.

•• BFM TV. « D’habitude, ce client me prend un paquet par jour. Là c’est la cartouche » explique Denis Abbas, buraliste parisien, devant ce client pressé de profiter encore de l’ancien prix. Il n’empêche qu’il craint l’appel du marché parallèle : « certains clients ne s’en cachent pas ».

Alice Denoize, tabacologue, assure que l’augmentation du prix a un impact efficace sur la prise de conscience en termes de santé. Et là, le nouveau seuil sera déterminant sur la consommation.

(Voir aussi les 11 et 28 février)