Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
17 Juin 2018 | Profession
 

Le meilleur pour la fin. Dernière question posée par les journalistes à Agnès Buzyn, invitée ce dimanche du Grand Jury Europe 1 / RTL / Le Figaro (voir Lmdt de ce jour). 

Et après le paquet à 10 euros en 2020 … peut-il y avoir une autre augmentation d’ici la fin du quinquennat ?

Agnès Buzyn : « Aujourd’hui, nous ne l’avons pas évoqué … peut-être que si nous en avons besoin, peut-être que nous le ferons …

« Je tiens à souligner la cohérence du Gouvernement, face à cette question de santé publique. C’est pour cela que Gérald Darmanin est là aujourd’hui aussi (ndlr : le ministre était présent dans le studio). Nous avons mené une réforme sans précédent sur le prix du tabac … D’habitude entre Bercy et le ministère de la Santé … »

Ça pourrait renflouer les caisses ?

A. B. : « Non, ça ne va pas renflouer les caisses. D’abord, le coût pour la santé est bien supérieur à ce que le tabac ramène en taxes. Tout le monde est d’accord. Deuxièmement, si les gens fument moins, il y aura moins de rentrée d’argent. Et donc, je remercie Bercy qui accepte pour des raisons de santé publique … »

Et une augmentation au-delà des 10 euros ? 

A. B. : « Il se peut … mais ce n’est pas du tout dans l’agenda. Sincèrement, si déjà nous atteignons 10 euros en 2020, je serais très contente. Et si ça permet une baisse significative du nombre de fumeurs, tant mieux. ».

Une augmentation, ce n’est pas très porteur pour des élections …

A. B. : « Figurez-vous que les Français y sont plutôt très favorables. Il y a vraiment un changement des mentalités des Français face au tabac. Cette réforme est bien perçue. Les fumeurs savent qu’ils doivent s’arrêter.

« Et vous avez remarqué que les buralistes, parce qu’on les accompagne dans cette réforme, n’ont pas manifesté. Cette réforme a été menée dans la négociation, dans l’accompagnement. C’est la méthode du GouvernementEt en toute cohérence, parce que nous souhaitons que les sujets budgétaires et les sujets de santé publique ne soient pas en contradiction, mais dans la ligne du Gouvernement … de mieux prévenir ».