Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
1 Nov 2020 | L'essentiel, Profession
 

Ce matin, les prix des produits du tabac dans les linéaires des buralistes accusent une nouvelle hausse des prix significative (voir 31 et 11 octobre 2020).

De +40 à +50 centimes, selon les références, pour ne prendre que l’exemple du paquet de 20 cigarettes.

•• Si l’on compare avec les prix en vigueur, il y a trois ans, le bond est quasiment vertigineux :

. le paquet de Marlboro est passé ainsi de 7,30 euros (en novembre 2017) à 10,40 euros (aujourd’hui)
. le paquet de Philip Morris de 7 euros à 10,20 euros
. le paquet de Camel de 7,20 euros à 10,30 euros
. le paquet de Lucky Strike de 6,80 euros à 10 euros
. le paquet de News de 7 euros à 9,90 euros
. le paquet de Gauloises blondes de 7 euros à 10 euros, etc., etc.

•• Les prix des produits du tabac sont fixés par les fabricants mais totalement conditionnés par la fiscalité dont le Gouvernement a fait voter une « trajectoire fiscale » 2018-2020 (en une seule fois avec le budget pour 2018) de sorte à remplir son objectif « du paquet à 10 euros » dans le cadre de sa politique anti-tabac (voir 20 septembre 2017 et 28 février 2018).

Le bilan effectif de cette politique reste encore à venir. Pendant que notre pays « consolide » sa place de pays de l’Union européenne où le tabac est le plus cher, avec les conséquences que l’on sait sur son propre marché (personne ne conteste que près d’un tiers du tabac qui y est consommé ne vient pas du réseau officiel des buralistes).

•• Et maintenant ?

Lors du dernier congrès des buralistes, le 22 octobre, Olivier Dussopt (ministre des Comptes publics) et Philippe Coy (président de la Confédération des buralistes) ont signé un avenant au « Protocole d’accord sur la transformation des buralistes » (voir 23 octobre) où il est indiqué : « la trajectoire fiscale du tabac sera menée à son terme avec une dernière étape en novembre 2020 et aucune nouvelle trajectoire fiscale ne sera élaborée jusqu’en décembre 2022 ».

•• Ce même 22 octobre, Olivier Dussopt a fait une déclaration aux élus départementaux. des buralistes présents à Paris :

« L’année 2020, c’est aussi la fin de la trajectoire fiscale, décidée au début du quinquennat afin de lutter contre le tabagisme. Cette politique constitue une priorité de santé publique de premier plan.

« La dernière étape de cette trajectoire fiscale est prévue au 1er novembre 2020. L’objectif annoncé de 10 euros en moyenne par paquet de cigarettes ne nécessitera plus aucune évolution fiscale après cette date.

« La trajectoire fiscale du tabac était claire et avait fait l’objet d’annonces publiques. Le Gouvernement s’y est tenu.

« Il en va de même pour la fin de cette trajectoire : l’objectif fixé a été atteint, ce Gouvernement n’augmentera plus la fiscalité sur les produits du tabac (…)

« Ce Gouvernement tient ses engagements, tant sur le volet santé publique que pour ce qui concerne la fin de la hausse de fiscalité. »