Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
28 Fév 2018 | Profession
 

Lors du séminaire des présidents départementaux, qui s’est ouvert à Paris hier et continue ce matin (voir Lmdt du 27 février), Philippe Coy a présenté la position de la Confédération par rapport à la hausse des prix du tabac de demain (voir Lmdt du 5 février).

Le jeudi 1er mars, l’ensemble des paquets de cigarettes vont augmenter en moyenne d’un euro :
 c’est la première marche (la plus forte) d’une série d’augmentations programmées, conduisant au paquet à 10 euros d’ici 2021.

Ce calendrier fiscal, les buralistes ne l’ont pas souhaité et ont toujours demandé que la priorité soit accordée à la prévention. Nous ne pouvons pas être d’accord avec ce rythme de hausses mais ce calendrier, proposé par le Gouvernement au nom d’une priorité de santé publique qui en tant que telle n’est pas discutable, a été largement adopté par le Parlement.

LES IMPACTS

Ce « calendrier fiscal » va entraîner un choc économique fort pour le réseau des buralistes doublé d’un accroissement des risques sécuritaires ;

Deux réactions sont attendues chez les fumeurs :

• une recherche du meilleur prix :
 les consommateurs le font déjà pour d’autres produits ; le tabac n’y échappe pas. On constatera alors une aggravation du marché parallèle sous toutes ses formes qui pèse déjà un quart de la consommation.

• certains tenteront d’arrêter ou de modifier leur consommation, et se tourneront vers leur buraliste pour trouver des solutions moins onéreuses et moins nocives : le vapotage et les produits alternatifs.

LES BURALISTES FONT FACE

Pour les buralistes, le paquet à 10 euros ne sera pas une fatalité. Nos 10 millions de clients – dont près de la moitié n’achète jamais de tabac – auront toujours besoin de nous, de notre disponibilité :

• en renforçant, en qualité et en gamme, leur offre « produits du vapotage » pour leurs clients fumeurs souhaitant décrocher de la cigarette ;

• en ayant conclu, le 2 février avec le Gouvernement, un Protocole d’Accord permettant d’accompagner les buralistes qui seraient en difficulté et d’accélérer l’évolution de la profession ;

• en ayant obtenu, à travers ce même protocole, de nouvelles mesures renforçant et coordonnant la lutte contre la contrebande ; avec la relance de démarches au niveau européen ;

• en engageant un ambitieux Projet de Transformation de leur profession afin de mettre leur formidable implantation, dans les territoires, au service des besoins de proximité, actuels et futurs, de tous les Français.

EN SYNTHÈSE

Le 1er mars + 1euro sur le paquet de cigarettes : la première marche vers le paquet à 10 euros. Deux réactions des fumeurs :
• rechercher du tabac au meilleur prix
,

• tendre vers l’arrêt ou modifier sa consommation en s’orientant vers des solutions comme le vapotage ou les produits du tabac chauffé.

Le calendrier fiscal menant au paquet à 10 euros ne nous convient pas mais :  
• il a été annoncé, porté par le Gouvernement, validé par le Parlement
,
• c’est un choix de santé publique, nous ne le remettons pas en cause même si nous pensons que la priorité aurait dû être mise sur la prévention.

Le paquet à 10 euros ne sera pas une fatalité pour les buralistes. Nous faisons face :
• en apportant des solutions alternatives, comme le vapotage, à nos clients fumeurs souhaitant décrocher de la cigarette,
• en ayant négocié un protocole d’accord à 360° qui permet d’accompagner les buralistes en difficultés et d’engager la transformation de notre métier.