Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
5 Avr 2018 | Profession
 

Le ministre de l’Économie Bruno Le Maire a assuré, ce mercredi, que l’État conserverait le contrôle de ses actifs stratégiques malgré les privatisations d’Aéroports de Paris (ADP) et de la Française des jeux (voir Lmdt des 9 mars et 20 février), en promettant des mécanismes de « régulation », annonce une dépêche AFP.

« Les choix que nous ferons seront des choix qui préserveront la capacité de contrôle de l’État sur les actifs stratégiques », a déclaré M. Le Maire lors d’une séance de questions à l’Assemblée nationale sur le programme de privatisations du gouvernement.

« Mais il y a deux manières de contrôler les actifs stratégiques : il y a une présence au capital (…) et il y a la régulation. Je crois que la régulation est la meilleure façon d’assurer le contrôle de l’État sur des actifs stratégiques », a-t-il ajouté.

Concernant la FDJ, dont l’État détient actuellement 72 %, cette régulation sera réalisée par une nouvelle autorité, qui aura pour mission d’éviter « un développement excessif des jeux en France », a annoncé le ministre.

« Il y a un risque d’addiction que je reconnais. Il y aura donc une autorité de régulation qui appliquera des contrôles à l’ensemble de ces jeux », a-t-il précisé, en confirmant que l’État conserverait le « monopole » du secteur.