Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
28 Fév 2017 | Observatoire
 

Un sondage Odoxa pour Le FigaroFrance Inter et MNH (Mutuelles hospitalières) révèle que la pollution de l’air est perçue comme étant le plus grand danger pour la santé. 38 % des interrogés la cite comme première priorité.

Viennent ensuite la drogue (21 %) puis les perturbateurs endocriniens (17 %).

La lutte contre le tabagisme arrive en 4ème position (avec 10 % des citations), suivie par l’alcool (7 %) et la prévention des ondes électromagnétiques (6 %).

Publiés le 23 février dernier, ces résultats (sur un échantillon représentatif de 1 016 personnes) interviennent au moment où les perturbateurs endocriniens ont été mis au cœur de l’actualité : déclaration de Benoît Hamon sur « un plus grand principe de précaution » et étude sur « le cocktail de perturbateurs endocriniens (de 36 à 68) » trouvés dans les cheveux de sept personnalités du monde de l’écologie.

Les perturbateurs endocriniens regroupent une vaste famille de composés capables d’interagir avec le système hormonal et dont les sources de contamination sont multiples (air, eau, aliments, cosmétiques, etc.).