Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
1 Sep 2019 | International
 

Trois communes de Nouvelle-Calédonie ont décidé d’adopter le « modèle islandais », pour lutter contre les addictions à l’alcool, au tabac ou à la drogue chez les adolescents, rapporte une dépêche AFP de juillet.

Il se trouve que cette méthode, expérimentée pour la première fois en Islande en 1997, a été présentée en Nouvelle-Calédonie l’an dernier, sous l’impulsion de la Fédération des industries de Nouvelle-Calédonie (FINC).

•• En effet, dans le cadre d’une réflexion sur la santé et l’alimentation de la population calédonienne (et des salariés de la Fédération) l’organisation avait invité Harvey Milkman, professeur émérite du département de psychologie de l’université de Denver (Colorado), cheville ouvrière d’un programme déjà appliqué en Islande.

Cela consiste, en premier lieu, à soumettre aux collégiens et lycéens un questionnaire anonyme sur leur environnement social et leurs habitudes de consommation : « Avez-vous déjà été ivre ? Avez-vous déjà essayé de fumer ? Combien de temps passez-vous avec vos parents ? etc. ».

•• Et les trois villes-pilotes calédoniennes – Dumbéa, Mont-Dore et Koné – viennent de réceptionner les résultats des enquêtes, en compagnie d’Harvey Milkman, en mission sur place du 10 au 20 juillet et qui s’est empressé de déclarer.

« On observe des données assez similaires à celle de l’Islande il y a 20 ans, avec environ 20 % des adolescents qui déclarent avoir été ivres au cours du mois. Aujourd’hui, en Islande, le taux a chuté à 7 % ». L’enquête dans les communes calédoniennes a aussi montré qu’une fille sur cinq, de 15 et 16 ans, fume quotidiennement et qu’avant 13 ans, 40 % des adolescents ont déjà bu de l’alcool et 9 % fumé du cannabis.

•• Couvre-feu à 22 heures pour les 13-16 ans … sport à volonté … plus de temps et d’activités partagés avec les parents … prévention et mobilisation de tous les acteurs sont les piliers de la méthode prônée par le professeur Milkman.

Des villes de 28 pays différents – et le Chili à l’échelle nationale – ont adopté les recommandations d’Harvey Milkman, qui a insisté sur l’impérative implication de tous les acteurs pour des résultats significatifs, comme ceux observés en Islande.