Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
4 Mar 2020 | Profession
 

« Les buralistes corréziens ont de nouveaux clients : les contribuables » titre Centre-France / La Montagne qui consacre une pleine page au paiement de certains impôts et services publics locaux chez les buralistes.

Fréderic Vergne, président des buralistes du département et vice-président de la Confédération, dévoile le comment de ce nouveau service : terminal de la Française des jeux, scannage QR code par le contribuable, confidentialité, …

•• « Le premier à proposer ce service se trouve à Brive, à près d’une cinquantaine de mètres d’une trésorerie principale. Dès le 4 mars, ils seront 40 en Corrèze dans vingt villes différentes. Les buralistes sont en pré-test comme les autres en France » explique le président départemental.

« 98 % des buralistes auxquels on a proposé le « Paiement de proximité » ont accepté. C’est un investissement humain. Il y a une formation en ligne à effectuer obligatoirement ».

•• À propos de nouveaux services, le quotidien enchaîne, dans un encadré, sur le nouvel établissement de Frédéric Vergne à Ussac.

La façade moderne, avec la nouvelle carotte « commerce d’utilité locale », est parée d’un écran géant qui diffuse de la publicité. Quand on rentre, des sacs à main de cuir recouvrent tout un pan de mur à droite.

À gauche, un espace snacking : des mange-debout, et des distributeurs de boissons encadrent l’espace réservé à ceux qui veulent faire un loto. Une partie du magasin est consacrée à la presse et aux livres. Et au milieu on trouve aussi des produits de la marque lancée par le Département « Origine Corrèze ».

•• « On est dans l’obligation de se diversifier … » assure le président départemental, « … de créer une nouvelle offre. C’est une question de survie. Pour l’instant, la hausse du prix du tabac compense la baisse des volumes mais ça ne va pas durer. »

Si 50 % des clients qui passent la porte d’un bureau de tabac viennent pour des cigarettes, « 50 % viennent donc pour autre chose. » Et Frédéric Vergne a choisi de miser sur eux.