Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
23 Déc 2018 | Pression normative
 

L’information que nous reprenons peut paraître anecdotique. Elle ne peut que susciter des réactions d’approbation de l’action de certaines associations. 

Sauf que le caractère radical et l’habilité tactique de certaine, parmi celles qui sont citées, peut laisser présager de futures campagnes sur le thème général de la « maltraitance » dans les courses de chevaux. À suivre.

•• Quoiqu’il en soit La Fondation 30 Millions d’amis interpelle le monde des courses après la diffusion sur les réseaux sociaux d’une vidéo de l’association L214, tournée dans un abattoir de chevaux, dont la moitié sont des galopeurs et des trotteurs.

Cette vidéo, tournée en caméra cachée entre août et novembre dans l’abattoir d’Equevillon (Jura), montre des poulains, des chevaux âgés ou blessés à l’intérieur d’une écurie, puis à l’abattage, où on leur perfore le crâne. Un couteau met fin à leur vie.

•• Ces images ont suscité de vives réactions sur les réseaux sociaux. La Fondation 30 Millions d’amis demande jeudi aux dirigeants de France Galop, de la Société Letrot et du PMU, « d’offrir une retraite bien méritée aux chevaux de courses » qui « ont rapporté des gains considérables à leur propriétaire » durant leur carrière.

« Un certain pourcentage des sommes engendrées par les courses pourrait être affecté à leur retraite bien méritée », écrit Reha Hutin, présidente de la Fondation 30 Millions d’amis, dans ce courrier dont l’AFP a eu copie.