Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
7 Avr 2020 | Profession
 

L’Autorité de la concurrence a annoncé, ce mardi 7 avril, avoir infligé une amende de 900 000 euros au PMU pour avoir enfreint les règles de la concurrence : en ne séparant pas, pour certaines courses, les paris enregistrés en ligne et ceux enregistrés dans les points de vente de son réseau physique.

Les jeux et paris en ligne sont ouverts à la concurrence depuis 2010, tandis que les paris dans les points de vente relèvent toujours du monopole du Pari Mutuel Urbain, précise l’autorité dans son communiqué.

•• Après une première plainte de l’opérateur Betclic, l’autorité indique qu’elle avait « exprimé des préoccupations de concurrence, compte tenu de la mutualisation par le PMU, dans une masse d’enjeux unique, de l’ensemble des mises enregistrées en ligne et en dur ».

« Cette fusion des masses d’enjeux renforçait l’attractivité de l’offre des paris hippiques du site pmu.fr par rapport à ses concurrents, et risquait d’affecter les conditions de concurrence avec les opérateurs intervenant sur la vente de paris en ligne », est-il précisé dans le communiqué.

•• « Au terme de l’examen du dossier, l‘Autorité considère que le PMU n’a pas respecté son engagement » pris en 2014 « de séparation de ses masses d’enjeux en dur et en ligne pour les courses étrangères faisant l’objet d’un partenariat de masse commune entre le PMU et plusieurs opérateurs étrangers » (voir 4 décembre 2015 et 27 mars 2016).

Elle rappelle que le PMU dispose actuellement de cinq partenariats de « masse commune » avec des opérateurs étrangers concernant des courses sud-africaines, irlandaises, américaines, norvégiennes et suédoises.

•• « S’il demeure possible pour le PMU de conclure des partenariats sur des courses étrangères, ceux-ci ne doivent pas aboutir à la fusion de ses mises en ligne et de ses mises « en dur », sous monopole légal, afin de respecter l’engagement pris » souligne la DGCCRF.

Elle estime aussi que « même si, en l’espèce, les courses étrangères en masse commune ne constituent qu’une partie limitée de l’activité de paris hippiques du PMU, le manquement est d’autant plus grave que l’engagement de séparation des masses d’enjeux était au cœur du dispositif visant à empêcher le PMU de faire bénéficier son site de l’importance des masses d’enjeux collectés dans son réseau de points de vente physique ». D’où cette sanction de 900 000 euros.