Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
29 Sep 2020 | Profession
 

« Le PMU vient de réaliser un des meilleurs étés de son histoire » ce qui devrait lui permettre de limiter les dégâts causés par la pandémie, vient de déclarer à l’AFP son directeur général, Cyril Linette.

« Nous venons de connaître trois mois exceptionnels, avec entre juillet et septembre, un total de 2,35 milliards d’euros d’enjeux, uniquement sur les paris hippiques, soit le meilleur trimestre » jamais réalisé, a déclaré Cyril Linette, alors que le Pari Mutuel Urbain organisait ce mardi une conférence de presse de rentrée (voir ce jour et 30 août).

« À ce stade mais en restant très prudent », a-t-il poursuivi, « nous pensons que notre résultat net annuel sera inférieur de 10 à 15% à celui de l’an dernier » qui s’était établi à 760 millions d’euros.

Avant la crise, le patron du PMU espérait engranger 10 millions d’euros de plus, mais au plus fort du confinement les prévisions étaient tombées à 450 millions. Alors que les courses ont été complètement à l’arrêt pendant deux mois, Cyril Linette a expliqué « cette embellie très importante » par plusieurs facteurs.

1 • « Les Français ont beaucoup épargné pendant le confinement, ils sont aussi moins partis à l’étranger en vacances et ont donc pu continuer à jouer », le PMU en a probablement bénéficié, a-t-il tout d’abord analysé.

2 • « Nous avons aussi sans aucun doute été portés par le volontarisme de la filière hippique » qui a réussi à reprendre les courses dès le 11 mai même si les mesures sanitaires restent très strictes, a-t-il ajouté.

Il a ainsi donné l’exemple du Prix de L’Arc de Triomphe, « la plus grande course de l’année pour le galop », qui sera limitée à 1 000 personnes, dimanche sur l’hippodrome de ParisLongchamp, contre quelque 40 000 d’ordinaire.

3 • Le PMU a également investi 15 millions d’euros, dès le déconfinement, dans son réseau de 13 200 points de vente, « pour les aider à rouvrir rapidement dans les meilleures conditions ».

4 • Enfin, Cyril Linette, arrivé en avril 2018, a estimé profiter de la dynamique vertueuse engagée ces deux dernières années, portée notamment par un recentrage sur les paris hippiques, son cœur de métier, et leurs clients les plus fidèles. Après des années de chute des paris hippiques, le PMU a en effet commencé à inverser la tendance en 2019 grâce à un plan de relance.

Sur l’ensemble de l’an dernier, les paris hippiques en France ont baissé de 0,5%, à 7,6 milliards d’euros, contre -3,3% pour l’exercice précédent. Les deuxième, troisième et quatrième trimestres 2019 ont été en croissance, à respectivement +0,5%, +0,5% et +0,6%.