Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
24 Jan 2020 | Profession
 

Après des années des chute des paris hippiques, le PMU a commencé à inverser la tendance en 2019 et est proche de l’équilibre sur son cœur de métier – grâce à un plan de relance engagé il y a un an – selon un communiqué publié ce jeudi 23 janvier et repris par l’AFP.

« La bonne tendance de l’activité observée depuis avril et confirmée au dernier trimestre vient conforter le choix stratégique d’un recentrage du PMU sur son ADN hippique » se félicite Cyril Linette, directeur général depuis deux ans.

•• Le plan de relance engagé en janvier 2019, « focalisé sur le cœur de clientèle et nos points de vente traditionnels, a permis de recréer de l’attractivité pour nos parieurs et d’améliorer le partenariat avec notre réseau de distribution. Nous allons redoubler d’efforts en 2020 pour toujours mieux satisfaire nos clients », dit-il (voir 15 octobre, 21 juillet et 11 février 2019).

La chute des paris hippiques a fait perdre près de 2 milliards d’euros d’enjeux depuis 2012 au PMU, un Groupement d’intérêt économique (GIE) constitué d’une soixantaine de sociétés de courses, dont France Galop et Le Trot.

•• Sur l’ensemble de l’année, les paris hippiques en France – cœur de métier du PMU – s’affichent en baisse de -0,5 %, à 7,6 milliards d’euros, contre -3,3% pour l’exercice précédent et « une moyenne de -3,5 % entre 2012 et 2018 ». Le PMU souligne que les deuxième, troisième et quatrième trimestres sont en croissance : à respectivement +0,5 %, +0,5 % et +0,6 %.

•• L’activité dans son ensemble – si l’on intègre les paris sportifs, le poker ainsi que les paris hippiques à l’international – reste par contre en repli de 1,5 %, à 9,5 milliards.

Ces résultats annuels, « supérieurs aux prévisions, ainsi qu’une baisse des charges de l’ordre de 50 millions d’euros en 18 mois, vont permettre au PMU de délivrer à la filière hippique un résultat net autour de 760 millions d’euros, 13 millions d’euros au-dessus des objectifs 2019 et légèrement supérieur à 2018 » indique le PMU, toujours selon l’AFP.

•• Il souligne que 2020 sera « une année de continuité et de consolidation du travail entrepris pour inverser la forte tendance baissière de ces dernières années ». Il prévoit « une stabilisation de la tendance en France et une reprise de la croissance à l’international ».

Le PMU dit ainsi prévoir, pour 2020, un résultat net à 770 millions d’euros, « soit 10 millions d’euros de plus qu’en 2019 ».