Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
14 Mar 2021 | Profession
 

Avec quatre mois de courses au trot monté et attelé, le meeting d’hiver de Vincennes accuse une baisse d’un peu plus de 10 % de ses enjeux (paris), un bilan toutefois « inespéré » dans un contexte « inédit » de crise sanitaire (voir 19 et 14 février) .  

Du 28 octobre 2020 au 6 mars 2021, les 778 épreuves organisées lors de 94 journées de courses ont opposé plus de 3 000 trotteurs et généré une baisse des enjeux de 10,3 % par rapport au meeting précédent, a annoncé jeudi à l’AFP Guillaume Maupas, directeur technique de la société LeTrot.

•• « Cette baisse est inespérée, compte tenu de la fermeture de milliers de points de vente et de l’absence de public sur l’hippodrome », a-t-il expliqué dans un contexte « inédit ». « Ce bilan chiffré a prouvé la force de la digitalisation de toute la prise de paris en ligne, qui a été boostée », estime-t-il.

Il s’est réjoui par ailleurs que « toutes les courses (aient) bien eu lieu à huis clos renforcé avec un minimum de professionnels » sur le plateau de Gravelle.

•• Autre caractéristique de ce meeting : « on a beaucoup péché par manque de chevaux venant de l’étranger, notamment des trotteurs qui venaient d’Italie ou de Scandinavie », a commenté Guillaume Maupas. « Les conditions sanitaires ont pénalisé le transport des chevaux et des hommes. On n’a pas eu de grande vedette internationale ».

Dès vendredi, l’hippodrome d’Enghien reprendra du service pour lancer son « meeting de printemps » avec neuf réunions de courses à l’affiche jusqu’au 29 mai. Le point d’orgue aura lieu samedi 24 avril avec le Prix de l’Atlantique, seul Groupe 1, mettant aux prises de grands champions sur 2 150 mètres avec départ à l’autostart.

« Sous réserve de l’évolution de la situation sanitaire », les réunions se dérouleront toujours sans turfistes.